La Commission nationale informatique et libertés a rendu public le sévère avertissement qu’elle a adressé à la société Acadomia. La Cnil reproche à AIS 2, une filiale de la société de cours particuliers à domicile, d’avoir porté des « milliers de commentaires excessifs, voire injurieux, dans ses fichiers » sur les élèves, leurs parents ou les enseignants qui donnent les cours.

La Commission a aussi découvert « des informations détaillées sur l’état de santé » des personnes, ainsi que des « informations relatives à des infractions et des condamnations ». Or, rappelle la Cnil, « enregistrer, à partir de simples signalements, des informations non vérifiées susceptibles d’aboutir à la constitution d’un fichier privé d’infractions […] est interdit par la loi ». Elle a donc averti la justice « des manquements susceptibles de constituer des infractions pénales ».

Acadomia estime pour sa part que le rapport de contrôle des équipes de la Cnil, « établi trop rapidement », comporte de graves inexactitudes, et rappelle son attachement « à la protection de la vie privée des familles et enseignants ». Son PDG reconnaît toutefois des « erreurs » et assure que les fiches incriminées, « qui se comptent sur les doigts de deux mains », ont été détruites. Il justifie cependant le fichage des élèves et des profs dans une logique de sécurité.

Avec plus de 100.000 élèves suivis chaque année et 25.000 enseignants dispensant près de 3 millions d’heures de cours, Acadomia se présente comme le numéro un du soutien scolaire privé en France.