L’enseignement public représente près d’un quart des dépenses de chaque état américain. Avec la récession, ces budgets sont en berne. Le secrétaire d’Etat américain à l’Education, Arne Duncan, estime que les coupes budgétaires mettent en péril de 100 000 à 300 000 postes de l’enseignement public. Ces postes seraient supprimés dès juin; les notifications officielles ont déjà été envoyées. Pour Arne Duncan, le pays frôle « la catastrophe scolaire ». L’année scolaire 2010-2011 s’annonce comme la plus austère depuis un demi-siècle. Même si des mesures d’urgence étaient adoptées, cela ne ferait que repousser le problème à l’année prochaine. Un budget extraordinaire de soutien à l’éducation publique de 100 milliards de dollars (quelque 75 milliards d’euros) a déjà été voté par le Congrès en février 2009, mais près de deux tiers de cet argent a été utilisé cette année, pour sauver 5,5 % des postes d’enseignants dans le pays. Par ailleurs, on évalue aujourd’hui à 13 % le nombre de « superintendents » (sorte de recteurs d’académies) qui songent à imposer une semaine de quatre jours dans leur circonscription, pour réaliser des économies supplémentaires. Ils n’étaient que 2 % l’an dernier à considérer cette possibilité.


Source : NY Times – 21 avril