Dans une lettre ouverte au ministre de l’Éducation nationale, l’association « Le droit de lire » demande que les futurs enseignants soient formés en sciences de la lecture. Afin de mieux lutter contre l’illettrisme, elle réclame également une évaluation comparative des différentes méthodes d’apprentissage.

Créée cette année, l’association appuie ses revendications sur le « plan de prévention de l’illettrisme » que Luc Chatel avait présenté le 29 mars dernier au Salon du Livre. Le ministre avait alors préconisé « l’apprentissage méthodique du vocabulaire » et un usage plus important du « par cœur ». Il avait en outre annoncé la nomination, par chaque recteur d’académie, d’un responsable chargé de l’illettrisme.

Aux dires de l’association, les enseignants qui exercent aujourd’hui en grande section de maternelle, cours préparatoire et cours élémentaire 1ère année, « ne reçoivent pas ou très peu de formation dans le domaine des sciences de la lecture ». Or, pour devenir un « bon lecteur », il faut « un professeur bien formé » et « une bonne méthode ».


 


« Le droit de lire » souhaite donc la création d’une « filière spécifique » pour les professeurs de cycle 2. Elle préconise également que les méthodes d’apprentissage de la lecture utilisées par les professeurs des écoles fassent l’objet « d’une grande évaluation comparative, afin de déterminer, selon des critères scientifiques stricts » les plus efficaces.

Sources : AFP, ActuaLitté.com