Yves Michaud : le gourmand de la connaissance

Philosophe et ancien directeur des Beaux Arts, Yves Michaud est un passionné. Il conçoit, pour l’an 2000, l’Université de tous les savoirs, partageant ainsi avec le grand public, son plaisir d’apprendre.

« Tu as la bosse de la philo, tu devrais continuer », recommande un professeur d’hypokhâgne à un de ses élèves. Yves Michaud a 18 ans et suit ce conseil. Il intègre l’Ecole normale supérieure, et obtient, en 1968, l’agrégation de philosophie.

Débute alors une longue carrière dans l’enseignement. Il exerce dans de nombreuses universités, tant en France qu’à l’étranger. Attiré par la philosophie anglo-américaine, il donne notamment cours dans les universités de Berkeley et d’Edimbourg.

L’art comme deuxième passion

Curieux de tout, Yves Michaud développe une seconde activité, et devient, en 1976, critique d’art contemporain. « C’est arrivé par hasard. J’ai sympathisé avec des artistes et j’ai commencé à m’intéresser à leurs œuvres ». C’est ainsi qu’en 1989, il est sollicité pour prendre la direction de l’Ecole nationale supérieure des beaux-arts.

« J’ai accepté pour l’expérience de travail que cela représentait. Je voulais faire au lieu de réfléchir. » Yves Michaud rentre donc dans l’action et réforme les programmes. Il introduit les nouvelles technologies, crée la première formation de webmaster et développe les échanges internationaux. En janvier 1996, il quitte l’institution, impatient de « retrouver la vie intellectuelle ».

Un pari fou

Mais il faut croire que le philosophe n’apprécie pas les parcours tracés. En 1999, une nouvelle rencontre bouscule sa vie d’universitaire. Jean-Jacques Aillagon, en charge des célébrations pour l’an 2000, vient le chercher pour un projet un peu fou : créer, à Paris, une « Université de tous les savoirs » (Utls) qui organiserait une conférence chaque jour de l’année. 365 conférences seraient ainsi proposées au grand public sur des thèmes touchant aux sciences, au droit, aux arts… « D’autres personnes avaient déjà été contactées auparavant, mais elles avaient décrété que le projet était impossible. J’ai accepté le défi, car je le trouvais excitant. » Yves Michaud met au point le concept. Il décide de privilégier les sujets portant sur les sciences dures, et demande aux plus grands chercheurs de venir partager leurs connaissances : « Ce sont eux les meilleurs vulgarisateurs. Ils ont tout de suite adhéré au projet. »

Un succès populaire

Le public aussi est au rendez-vous : près de 650 personnes se déplacent chaque jour. Le succès est tel, que l’aventure se poursuit encore aujourd’hui. Bien sûr, le rythme a ralenti. Mais au total, plus de 700 conférences ont été organisées et le décompte court toujours…

Yves Michaud a également ouvert l’Utls aux adolescents, en créant un programme spécifique pour les lycées. Sur demande des enseignants, les conférenciers se déplacent, partout en France, pour rencontrer les élèves et leur présenter le travail de recherche.

Philosophe, critique, directeur d’école, le concepteur de l’Utls est finalement heureux de son parcours « construit au hasard des rencontres ». « J’ai toujours milité pour la transmission des savoirs. Je suis un véritable gourmand de la connaissance. Je peux dire que je me suis régalé et bien marré ! »

Coralie Bach

(1) Toutes les conférences sont consultables en ligne.

Yves Michaud en cinq dates

1964 : intègre l’Ecole Normale Supérieure
1968 : reçu premier à l’agrégation de philosophie
1989 : devient directeur de l’Ecole des Beaux Arts de Paris
2000 : met en place l’Université de tous les savoirs
2006 : crée l’Université de tous les savoirs au lycée

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.