Le nombre d’emplois d’enseignants spécialistes de la grande difficulté scolaire dans les écoles (Rased) sera stabilisé à la rentrée prochaine. C’est en tout cas l’engagement pris par le ministère à l’issue de plusieurs réunions de concertation avec les organisations syndicales (SNUipp-FSU, SE-Unsa, Sgen-CFDT), les associations spécialisées et les fédérations de parents d’élèves.

La circulaire, qui doit être envoyée aux inspecteurs d’académie dans les semaines qui viennent, précise notamment que « le volume d’emplois affectés aux Rased » se situera « à la hauteur des emplois consacrés à ce dispositif en 2009-2010 ». La note du ministère prévoit par ailleurs de réaliser « un état des lieux précis concernant le nombre, la nature et l’implantation des postes Rased ».

Xavier Darcos, le prédécesseur de Luc Chatel au ministère, avait en effet prévu de supprimer 3.000 postes à la rentrée 2009. Après d’importantes mobilisations, il avait ramené ce chiffre à 1.500. Mais, d’après les syndicats, qui affirment citer les chiffres du ministère, les suppressions ont été beaucoup plus nombreuses. Selon ces statistiques, on comptait 12.890 postes de Rased à la rentrée 2009, contre 14.844 à la rentrée précédente, soit près de 2.000 postes fermés ou laissés vacants.

Une nouvelle réunion sur l’avenir des formations pour ces enseignants spécialisés, qui interviennent dans plusieurs écoles d’un secteur auprès d’élèves connaissant des problèmes d’apprentissage, d’adaptation ou de comportement, est programmée pour le 3 mai.

Sources : AFP, ActuaLitté.com, Le télégramme, l’Humanité