Etats-Unis : témoignage sur l’utilisation généralisée de stimulants à l’école

Stephanie A. est une enseignante américaine expérimentée, devenue consultante en pédagogie et en éducation spécialisée. Elle dénonce le recours systématique aux psychotropes dans le système éducatif américain.

« Le Ritalin®(1) est depuis longtemps un problème aux Etats-Unis, parce que nous ne voulons pas que des enfants décrochent de l’école. C’est un cercle vicieux pour les enfants des quartiers défavorisés. On utilise le Ritalin® pour les aider à rester concentrés, car ces enfants développent souvent un manque chronique d’attention. Ils sont élevés comme ça. La plupart ont des vies familiales plutôt chaotiques, souvent parce que leurs propres parents ont souffert de ce même déficit d’attention, et que leurs propres vies manquaient de cohésion. Notre problème d’obésité infantile n’arrange rien : les enfants rentrent tôt de l’école l’après-midi, et regardent alors la télévision ou jouent à des jeux vidéo… surtout quand le quartier n’est pas sûr, évidemment.

Mais même dans les écoles les plus huppées, on donne aussi aux enfants du Ritalin®, afin qu’ils aient un meilleur comportement, à l’intérieur de l’école comme à l’extérieur. Là encore, on va traiter les symptômes et non la véritable cause du problème. Quand les deux parents travaillent, qu’on met la pression sur les enfants pour qu’ils aient de bons résultats, en plus de toutes les activités qu’on peut leur imposer après les cours, c’est presque inévitable. Les compagnies pharmaceutiques ne vont pas se faire prier pour fournir des solutions. Elles ont fait leur pub partout, prétendant être le remède miracle aux maux de la société, et nous ont fait croire qu’on pouvait tout résoudre avec des produits chimiques…

Dans le même genre que le Ritalin®, on trouve l’Adderall®(2). Je sais que même des étudiants en prennent, pour rester dans la course… Mais tout ça n’existait pas encore du temps où j’étudiais. On pouvait se procurer du Vivarin®(3) sans ordonnance, mais son utilisation restait très marginale. Par contre, quand j’ai été institutrice, j’ai distribué beaucoup de Ritalin®. Par la suite, il y a eu une décision de justice qui interdisait à l’enseignant de donner le médicament lui-même à ses élèves. Du coup, c’est presque devenu le travail à plein temps d’une personne d’administrer chaque jour le médicament aux enfants qu’on avait mis sous traitement, comme dans beaucoup d’écoles. Triste, mais vrai. »

Note(s) :
  • (1) Le méthylphénidate ou MPH, principale substance active du Ritalin® et de nombreux autres médicaments (Rubifen®, Concerta LP®, Attenta®,...) est un excitant du système nerveux central. C'est un médicament psychotrope prescrit sur ordonnance, efficace contre les troubles déficitaires de l'attention, l'hypersomnolence, ou l'hyperactivité (qui n'est généralement qu'une conséquence d'un trouble de l'attention). Il a aussi une légère action reconnue en tant qu'antidépresseur.
  • (2) A base de sels d'amphétamines, ce médicament anti-fatigue est aussi utilisé par certains étudiants en quête de meilleurs résultats. Il peut poser de graves problèmes de santé à la longue, comme de l'hypertension.
  • (3) Ce médicament en vente libre délivre 200 mg de caféine, l'équivalent de deux cafés expressos.

Partagez l'article

Google

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.