Huit organisations syndicales de l’éducation appelaient à une journée nationale d’action aujourd’hui, vendredi, dans le secondaire. Le Snes-FSU, le Snalc-Csen, Snep-FSU, Snetap-FSU, SNFOLC, CGT Educ’action, Sud Education, et SNCL-FAEN entendaient ainsi marquer leur opposition aux réformes éducatives du gouvernement.

Dans des communiqués distincts, les étudiants de l’Unef et les lycéens de la FIDL avaient également appelé à participer au mouvement. Au total, au moins une trentaine de manifestations ou rassemblements étaient programmés, en particulier dans les académies d’Ile-de-France, de Lille, d’Aix-Marseille ou encore de Lyon, les plus mobilisées. A Paris, le cortège devait s’élancer à 14h30 du jardin du Luxembourg pour rejoindre le ministère de l’Education nationale.

Les manifestants protestent notamment contre les 16.000 suppressions de postes prévues cette année, les réformes du lycée, de la formation des enseignants et de la gouvernance des établissements. Ils dénoncent également des « conditions de travail de plus en plus dégradées dans les établissements », la « remise en cause de l’éducation prioritaire » et la « casse du service public d’orientation ».

En fin de matinée, le ministère de l’Éducation estimait à 12,9% le taux de grévistes dans les collèges et les lycées : près de 15% au collège, 8% dans les lycées professionnels, et 11,7% dans les lycées d’enseignement général et technologique. De son côté, le Snes-FSU avançait un taux de participation au mouvement de l’ordre de 50%.

Sources : AFP, AP, AEF, lePoint.fr, le Monde, 20 minutes, les Échos, le Figaro, ActuaLitté.com, le Parisien.fr