Pierre Polivka, inspecteur d’Académie dans l’âme

Ardent défenseur de l’école égalitaire, Pierre Polivka s’est investi au Ministère sur divers dossiers comme l’Éducation prioritaire. Il met désormais son expertise au service de la formation des cadres de l’Éducation nationale, à la tête de l’ESEN.

Issu d’une famille nombreuse et bercé dans un milieu intellectuel, Pierre Polivka se passionne très tôt pour l’Histoire, en particulier le XIXe siècle et la stratégie militaire. Afin d’accéder à son rêve – « devenir chercheur » – Pierre Polivka emprunte la voie royale : Lycée Henri IV, École Normale Supérieure de St Cloud, agrégation d’histoire..…. à seulement 24 ans. « Bien qu’issu de la méritocratie, je me bats depuis toujours pour que la poursuite d’études soit accessible à tous, car cet élitisme forcené n’est plus adapté, et va à l’encontre de ma conception de l’école ! »

Un professeur heureux

Il débute le professorat auprès des officiers de l’École supérieure de Guerre, puis rejoint le lycée d’Aiguillon (47) où il s’occupe notamment du service éducatif des Archives, de la formation continue des PEGC1, mais aussi de la rénovation des collèges. « J’ai eu de la chance, car à cette époque les jeunes étaient avides de savoir et il y avait une forte conviction : l’école permettait de s’épanouir. J’ai été un professeur heureux et je me suis vite partagé entre différents postes », se remémore-t-il.

Homme d’engagement, Pierre Polivka a « 3 passions : l’école, la politique et le sport ». Aussi le professeur s’implique-t-il dans la vie politique locale, comme maire d’Aiguillon, président de la Communauté de communes du Confluent…… « Cet engagement local est important pour moi, ce doit être mon souci du service public ! » sourit-il.

Longtemps joueur de rugby, il préside désormais le SCA Rugby d’Aiguillon : « Je crois beaucoup au sport. Il permet de socialiser les jeunes, de leur apprendre des règles… … Des valeurs communes à l’école ! ».

Inspecteur dans l’âme

En 1987, le Ministère de l’Éducation nationale recrute de jeunes cadres prometteurs et demande à Pierre Polivka de rejoindre l’Inspection à l’académie de Rennes. À 38 ans, l’ancien prof se trouve plongé au cœur de grands projets éducatifs. « Cette expérience m’a permis d’avoir un autre regard sur les missions de l’école. Il faut une révolution, pour élever le niveau de tous les élèves, de la maternelle à la 3e. En tant qu’inspecteur, je disposais d’un outil pour atteindre ces objectifs ! C’est pourquoi je serai toujours dans l’âme un inspecteur d’Académie ». Travaillant auprès de recteurs innovants, Pierre Polivka vit les débuts de la désectorisation et se passionne pour la réflexion sur la réforme des lycées en tant que rapporteur du colloque « Quel enseignement pour demain », organisé par l’Académie de Rennes en 1990.

Nommé inspecteur général en 2000, il souligne que « le problème est que nous sommes obsédés en France par l’erreur et la faute, plutôt que de valoriser les progrès des enfants. Or il faut les habituer à prendre des risques, car c’est en comprenant leurs erreurs qu’ils avanceront. L’école doit leur donner confiance ».

Les ZEP, laboratoires pédagogiques

Cette confiance, plusieurs ministres de l’Éducation lui accordent. Il travaille avec François Bayrou, avant d’être appelé en 2002 comme conseiller auprès de Xavier Darcos. « J’ai aussi eu la chance de travailler avec Luc Ferry, Gilles de Robien… …Chaque ministre avait sa personnalité, mais partageait une conviction commune : l’enseignement est le creuset de la République et de la réussite professionnelle et personnelle ».

Naturellement désigné pour porter le dossier sur l’Éducation prioritaire, de 2005 à 2007, Pierre Polivka se bat pour que les ZEP deviennent des lieux où s’inventent de nouvelles pédagogies applicables à l’ensemble des élèves, des « laboratoires qui modifient notre regard sur l’école ». « Les Réseaux ambition réussite ont mobilisé tous les acteurs de la maternelle au secondaire afin d’assurer un socle commun de compétences et connaissances, une continuité du 1er au 2d degré. »

Depuis 2007, Pierre Polivka met ses convictions au service de la formation des 20.000 cadres de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Directeur de l’École supérieure de l’Éducation nationale, il doit s’adapter rapidement aux demandes du Ministère : « nous avons notamment conçu une formation adaptée aux personnels marqués par la violence en seulement quelques mois. Nous travaillons avec les autres écoles, l’INES, St Cyr…… Une des clés de la réussite tient justement à la performance et à l’encadrement des écoles ! »

Parmi les prochains chantiers, Pierre Polivka souhaite ouvrir l’école à l’international, en imposant un séjour à l’étranger à ses cadres, mais aussi développer l’enseignement à distance via les nouvelles technologies. « On peut toujours mobiliser les hommes et les femmes autour de projets, car plus on travaille et plus on trouve du temps et de l’énergie ! » conclut Pierre Povlivka, qui se réfère à Bodin2 : « Il n’y a ni richesse ni force que d’hommes ».

Elise Pierre

(1) PEGC : Professeur d’enseignement général de collège
(2) Juriste et philosophe français du XVIème siècle

Pierre Polivka en 5 dates :

1974 : agrégé en histoire, il enseigne à l’École supérieure de guerre
1987 : inspecteur d’Académie adjoint au DSDEN du Finistère
2000 : inspecteur général de l’Éducation nationale
2002 : conseiller du ministre de la Jeunesse, de l’Éducation nationale et de la Recherche et du ministre délégué à l’Enseignement scolaire
2007 : est nommé directeur de l’École supérieure de l’éducation nationale (Esen)

Partagez l'article

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.