Développement durable : une autre manière d’enseigner

À la suite de la publication du dernier numéro de sa Revue dédié à l’éducation au développement durable, le Crap* a organisé une table ronde réunissant des professeurs et des experts autour du thème de la sensibilisation au « d.d » et à ses pratiques.

Et si, pour être efficace, l’éducation au développement durable supposait que les élèves en soient eux-mêmes les acteurs ? Tel semble en tout cas le point de vue d’une grande partie des participants réunis le 20 janvier dernier à l’occasion de la table ronde organisée par le CRAP au Lycée Balzac (Paris XVIIe) sur le thème : « EDD, comment faire ? ». Comme pour illustrer cette approche, la manifestation s’est ouverte sur une pièce de la Compagnie Entrées de jeu, spécialisée dans les interventions théâtrales en milieu scolaire. Mettant en scène une famille confrontée au défi quotidien de la protection de l’environnement, la pièce requiert la participation du public. Tout comme les actions menées en milieu scolaire, qui doivent elles aussi solliciter le sens critique et l’engagement des élèves. « L’entrée du développement durable dans les programmes nous oblige à revoir totalement notre mode de fonctionnement, en particulier en matière d’évaluation des compétences et des comportements, souligne Aurélie Zwang-Steiger, professeur de SVT au lycée Bergson, à Paris. Dans notre établissement, face à ce domaine si expérimental, nous avons choisi de favoriser l’auto-évaluation. »

Citoyens critiques

Mais au-delà des bonnes pratiques, l’attention doit aussi être portée au sens que donnent les jeunes à leurs gestes. « Le but n’est pas de constater que nos élèves trient leurs déchets, éteignent les lumières quand ils quittent une pièce ou ne gaspillent pas l’eau, ajoute l’enseignante. Ce qui compte, c’est la capacité des élèves à prendre en compte les valeurs que sous-tendent leurs actes. » Outre la contribution que les élèves peuvent eux-mêmes apporter au processus d’enseignement, plusieurs participants ont souligné la nécessité, pour les professeurs, de s’ouvrir vers l’extérieur. « Le développement durable bouscule nos postures pédagogiques, souligne Nadia Miri, directrice d’une école élémentaire à Paris. Il faut se servir d’outils qui sont perfectibles, faire intervenir les parents, les associations, les spécialistes. Car l’école est une micro-société. Le développement durable demande une remise en question permanente et doit faire s’ouvrir l’école vers l’extérieur. » Une chose est sûre : inscrit dans les programmes scolaires, le développement durable fait aussi appel à la volonté et à la créativité des enseignants pour former, comme le souligne Orane Bischoff, coordinatrice du dossier du CRAP, « des citoyens critiques ».

*Les Cahiers pédagogiques n°478. L’éducation au développement durable : comment faire ?
Coordonné par Orane Bischoff. Publié par le Centre de recherches et d’action pédagogiques (CRAP).

Partagez l'article

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.