Tour du monde des écoles à vélo : Julien nous écrit de Turquie

Julien Gayet, jeune instituteur, parti le 24 août de France pour faire le tour du monde des écoles à vélo, est arrivé en Turquie. Il a eu un entretien avec Emel, enseignante d’anglais au lycée de Tekirdag, dont il nous fait part.

Julien : Quel a été ton parcours pour devenir professeur d’anglais ?

Emel : J’ai étudié dans la section « anglais » au lycée, pendant quatre ans, ensuite j’ai passé le concours d’entrée a l’unıversité, où j’ai étudié quatre nouvelles années (faculté d’enseignement d’anglais seconde langue).

J : Quel est ton salaire mensuel ? Combien d’heures d’enseignement as-tu par semaine ?

E : J’enseigne depuis 12 ans maintenant et je gagne 1500 TL (livre turque) par mois (680€) pour 15 heures de cours. Il m’arrive d’avoir plus d’heures. Le ministère me donne 6TL (2,6€) pour chaque heure supplémentaire.

J : Les programmes ont-ils changé récemment ? Et comment se passe le choix des manuels ?


E : Les programmes viennent de changer. Et je ne suis pas libre de choisir mes manuels. Je dois utiliser les livres que nous envoie le gouvernement. L’enseignement doit suivre la progression fixée par le ministère.

J : Comment se compose l’année scolaire ?

E : De manière générale, l’école commence durant la 2ème semaine de septembre. Nous avons des vacances à la 3ème semaine de janvier et l’année scolaire se termine durant la deuxième semaine de juin.

J : Est-ce que les lycéens ont un examen type « baccalauréat » lors de leur dernière année de lycée ?

E : Non, il n’y a pas d’examen.

J : Combien as-tu d’élèves par classe ?

E : En général 30, mais parfois moins, 15 ou 20.

J : Que se passe-t-il pour les élèves qui éprouvent des difficultés scolaires ?

E : En Turquie, après la 5ème année (donc une fois au collège), les élèves ont un examen chaque année. Cela permet au gouvernement de les « catégoriser ». Ils doivent choisir leur établissement selon leurs notes. Ainsi lorsque les élèves commencent le lycée, ils sont plus ou moins de même niveau.

J : Comment les professeurs sont-ils évalués ?

E : Chaque année le principal du lycée remplit un document me concernant, ainsi que sur mes collègues. Il doit évaluer nos performances. Mais pour moi, ce n’est ni logique ni honnête : c’est trop subjectif.

J : Est-ce que de nouvelles méthodes pédagogiques se développent en Turquie ?

E : Oui, le gouvernement essaye de trouver différentes méthodes plus efficaces. Mais je ne crois pas qu’il réussira à trouver s’il n’écoute pas ce que pensent ou disent les professeurs.

Partagez l'article

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.