Ma planète se meurt : les élèves passent ‘à l’acte’

La Compagnie « Entrées de jeu »* se produit régulièrement dans les collectivités et auprès des scolaires pour susciter le débat autour de sujets de société. Créée il y a trois ans sur le thème de l’éco-citoyenneté, la pièce « Ma Planète se meurt » rencontre un vif succès auprès des établissements scolaires…

Une représentation d’une vingtaine de minutes, suivie d’un débat d’une heure : tel est le principe de la démarche conduite par la compagnie d’intervention théâtrale « Entrées de jeu ». Créée en 1997 et dirigée par Bernard Grosjean, cette troupe de 30 comédiens répond à des commandes de divers organismes et institutions. L’objectif : ouvrir le débat sur des sujets de préoccupation sociale. Une formule qui fait mouche : en 2008, « Entrées de jeu » a créé une douzaine de spectacles et donné 800 représentations pour 80 000 spectateurs. Ecrite en 2004, « Ma Planète se meurt » fait partie des affiches vedettes de la compagnie. « À l’origine, la pièce a été créée pour une municipalité dans le cadre du lancement de son Agenda 21, explique Bernard Grosjean. Mais le bouche-à-oreille a très bien fonctionné dans le milieu enseignant. À présent, des chefs d’établissements nous sollicitent dans le cadre de projets pédagogiques, et nous tournons dans toute la France. »

Comportements quotidiens

Même si le jeu des comédiens s’adapte au public concerné, la pièce est conçue pour intéresser tous les élèves, du CM1 au lycée. L’angle retenu assure une audience forte chez tous les spectateurs. Car dans la pièce, il est question des gestes et des comportements quotidiens d’une famille. Traitement des déchets, déplacements, pollution, surconsommation, commerce équitable et même délocalisations : après un cours sur le développement durable, l’héroïne de la pièce, une jeune adolescente, amène ses parents et son grand frère à se remettre en question sur toutes les dimensions du développement durable. « Au fil du temps, nous avons fait évoluer les caractères des personnages et l’intrigue, au départ un peu trop schématiques, souligne Bernard Grosjean. Aujourd’hui, la pièce est plus nuancée, ce qui dynamise encore plus les discussions ! ».

Les élèves réagissent

« Un meneur de jeu de la compagnie anime le débat théâtral. Certaines scènes de la pièce peuvent être rejouées une seconde fois. Les élèves peuvent y participer et exprimer ainsi leurs idées sur scène. En général, ce sont les primaires de CM1-CM2 qui réagissent le plus fort : ils bénéficient de connaissances sur ces questions que n’ont pas leurs aînés ! Les lycéens ont également beaucoup de choses à dire. Dans tous les cas, il est clair que les débats sont d’autant plus riches qu’ils s’inscrivent dans un projet pédagogique cohérent, comme par exemple une semaine de sensibilisation au développement durable » poursuit Bernard Grosjean. Preuve de la pertinence de la démarche, le Cercle de recherche et d’action pédagogiques (CRAP) a invité « Entrées de jeu » à présenter « Ma planète se meurt » à l’occasion du colloque qu’il organise à Paris le 20 janvier prochain sur le thème : « Education au développement durable : comment faire ? »
Il y a fort à parier que la méthode proposée par « Entrées de jeu » esquisse un début de réponse…


 


*le site de la compagnie

Partagez l'article

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.