Un astrophysicien nous parle de l’astronomie à l’école

David Wilgenbus, astrophysicien, responsable des projets pédagogiques de La Main à la pâte, nous présente les projets sur l’astronomie que l’association propose aux professeurs des écoles.

L’astronomie à l’école primaire, voire maternelle, au départ, n’était-ce pas un pari difficile ?

Oui … c’est difficile, a priori, d’imaginer une science plus éloignée de l’école primaire : l’astronomie est une activité essentiellement nocturne, alors que les enfants ne sont présents qu’entre 9H et 16H30 dans les classes. C’est également la science de l’observation par excellence : comment faire quand on ne dispose ni de lunette, ni de télescope ? Ces contraintes peuvent, en apparence, sembler autant d’obstacles à l’étude de l’astronomie à l’école. Et pourtant … l’école primaire est sans doute la meilleure opportunité pour la pratiquer ! L’observation de la course du Soleil dans le ciel, l’étude du cycle jour/nuit comme celui des saisons ou des phases de la Lune … tous ces phénomènes qui rythment et façonnent notre vie quotidienne ne nécessitent aucun matériel particulier.

L’astronomie fait-elle partie des programmes officiels de primaire voire de maternelle ?

Bien sûr ! L’astronomie est présente dès l’école maternelle. Il s’agit, à ce stade, de percevoir progressivement la succession des jours, des mois et des saisons sans chercher à expliquer ces phénomènes. Plus tard, à l’école primaire, les élèves étudient le mouvement de la Terre (et des planètes) autour du Soleil, la rotation de la Terre sur elle-même ; la durée du jour et son changement au cours des saisons, les phases de la Lune, etc. L’astronomie offre à l’enseignant une occasion privilégiée d’initier ses élèves à une démarche d’observation, de questionnement, d’expérimentation ou même de modélisation. Elle permet de nombreuses connexions avec l’histoire et la géographie, tant elle a façonné notre vision du monde et, inversement, a été influencée par les différentes cultures. Qui mieux qu’un professeur de l’école primaire, polyvalent, peut prendre en compte toutes les dimensions ?

Quels projets et quels outils proposez-vous aux enseignants ?

En proposant des ressources pédagogiques « clés en main », gratuites, élaborées conjointement par des enseignants et des scientifiques, et surtout en formant et en accompagnant ces enseignants sur le terrain, en leur offrant une assistance à distance (via son site ), l’équipe de La main à la pâte tente d’aider les enseignants à faire le premier pas. C’est le plus difficile car les enseignants qui y ont goûté en redemandent ! A l’occasion de l’année mondiale de l’astronomie, La main à la pâte a lancé un projet intitulé « Calendriers, miroirs du ciel et des cultures », qui propose aux classes d’étudier la mesure du temps, son histoire et son impact sur les sociétés d’hier et d’aujourd’hui, et de s’initier aux méthodes de l’astronomie. L’étude des calendriers actuels (grégorien, musulman, hébraïque, chinois) mais aussi des calendriers anciens (maya, gaulois, romain et républicain) permet d’ancrer l’astronomie au cœur de l’histoire et des différentes cultures. Le site accompagne les classes tout au long du projet. Il propose des ressources scientifiques et pédagogiques et des animations multimédias. Un autre projet, lancé en 2001 (et reconduit, depuis, chaque année), fait la part belle à l’astronomie et à l’histoire des sciences. Il s’agit de « Sur les pas d’Eratosthène » (voir l’article à ce sujet)

Combien de classes, à ce jour, travaillent sur les projets astronomie ?

Le projet « Calendriers, miroirs du ciel et des cultures » mobilise par exemple environ 3000 classes cette année, ce qui est déjà un beau succès !

Quels retours avez-vous des enseignants qui travaillent sur vos projets ?

Les retours sont très positifs. L’ancrage historique et, plus généralement, culturel, est particulièrement apprécié. Il permet de montrer aux enfants que la science est vivante, que les difficultés qu’ils rencontrent sont normales … puisque des générations de savants les ont rencontrées au fil des siècles. Mais l’astronomie complexe un peu les enseignants. Alors qu’ils ne sont ni linguistes ni mathématiciens, les professeurs des écoles n’ont aucun mal à enseigner le français ou les mathématiques. Pourtant, s’agissant d’astronomie … ils ont souvent l’impression qu’il faudrait être astrophysicien pour observer les phases de la Lune avec des enfants de 10 ans ! Quand ils prennent conscience que l’astronomie leur est accessible, ainsi qu’à leurs élèves, c’est souvent une révélation !

2009 est l’année de l’astronomie. Cependant, allez-vous proposer de nouveaux projets sur l’astronomie en 2010 ?

Bien sûr ! Les deux projets mentionnés plus haut (« calendriers, miroirs du ciel et des cultures » et « Sur les pas d’Eratosthène ») seront reconduits les prochaines années. D’autres projets offrent également l’occasion de faire de l’astronomie en classe, même si cela ne constitue pas le thème central : par exemple le projet d’éducation à la santé « Vivre avec le Soleil » (15 000 classes depuis 2005) ou celui d’éducation au développement durable « Le climat, ma planète… et moi ! » (10 000 classes depuis l’an dernier). Enfin, sur le site Internet de La main à la pâte, on compte plus d’une vingtaine de modules pédagogiques sur l’astronomie dans la rubrique « activités pour la classe » (environ 100 000 visites chaque mois).


2010 sera l’année mondiale de la biodiversité … nous communiquerons donc beaucoup sur ce thème, mais nous n’oublierons pas l’astronomie pour autant !

Partagez l'article

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.