Participer à la réduction des déchets

En novembre, dans plus de vingt Etats membres de l’Union européenne, une semaine sera consacrée à la prévention des déchets. L’occasion pour bon nombre d’établissements, et notamment les écoles primaires, de mener à bien des actions en faveur de l’environnement.

Du 21 au 29 novembre 2009 se tient la « Semaine européenne de la réduction des déchets« . Un événement lancé dans l’Hexagone en 2006, à l’initiative de l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie). Cette année, le concept est étendu à plusieurs pays de l’Union européenne dans le cadre du programme LIFE+ de la Commission européenne. Belgique, Espagne, Estonie, Irlande, Italie, Portugal, Suède, Royaume Uni… prendront ainsi part à l’opération. En France, cette initiative s’inscrit dans la campagne nationale « Réduisons vite nos déchets, ça déborde ». La légitimité de l‘opération s’appuie sur des constats de l’Ademe : le poids d’ordures ménagères produit chaque année par habitant a doublé en 40 ans et certains sites de stockage et incinérateurs arrivent aujourd’hui à saturation. Au cours de cette semaine dédiée aux déchets, l’Ademe et ses partenaires invitent entre autres les écoles à mener des actions sur cette thématique.

Cinq idées pour travailler à l’école


 


Les projets proposés doivent porter sur l’une des cinq idées suivantes : « Trop de déchets », « Mieux produire »,  » Mieux consommer », « Prolonger la durée de vie des produit » et « Moins jeter ». « Dans un établissement scolaire, cela peut être une exposition dans la cantine, un cours spécifique, une action avec une association locale, l’animation d’un bar à eau… les idées sont nombreuses », détaille Valérie Jouvin de la Cellule des partenariats promotionnels – Direction de la Communication de l’ADEME. Si l’action proposée correspond aux critères de labellisation, elle est inscrite au programme et l’école reçoit des affiches et badges de l’événement ainsi qu’un mot de passe pour accéder aux outils en ligne. Parmi ceux-là : un visuel « Stop Pub », ainsi qu’un jeu de l’oie à imprimer et une bande dessinée intitulée « Mégapoub », spécialement destinés aux enfants. Cette organisation ressemble à ce qui avait cours les années précédentes.Alors qu’est-ce que la transposition de l’événement à l’Union européenne va-t-elle changer ? Pas grand-chose. « Il n’y aura pas forcément de changement majeur au niveau national. Mais la dimension européenne est un vrai plus notamment pour le partage des informations, l’ouverture aux autres cultures, les régions frontalières… », explique Valérie Jouvin. Une évolution pourra toutefois intéresser les professeurs de langues : les outils tels que le jeu de l’oie sont réalisés en six langues (Anglais, Catalan, Espagnol, Fançais, Néerlandais et Portugais). 

Partagez l'article

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.