Récompenser les bons professeurs, ne plus trouver d’excuses aux mauvais

C'est le projet de Barack Obama, en train de se réaliser actuellement à Washington.

Amis lecteurs, vous pouvez lire aujourd’hui dans notre Lettre Education une brève titrée « Les profs de Washington rémunérés au mérite » :

« Il est temps de commencer à récompenser les bons professeurs, cessons de trouver des excuses aux mauvais ». Ces propos de Barack Obama commencent à trouver leur application à Washington, où est testé un système d’évaluation des enseignants du public, destiné à être généralisé à l’ensemble des Etats-Unis.

Le dispositif prévoit d’attribuer chaque année une note aux enseignants. Les meilleurs se verront ensuite décerner un bonus financier, et les plus mauvais perdront leur emploi. Quatre critères sont pris en considération : la performance des élèves lors de tests réalisés en avril, les notes obtenues lors de cinq inspections annuelles, les résultats de l’ensemble de l’établissement scolaire et le « professionnalisme » de l’enseignant (ponctualité, absences injustifiées…).

Pour lire la suite.

Ne serait-il pas judicieux de tester un tel système en France ?
Le débat est ouvert !

Partagez l'article

1 commentaire sur "Récompenser les bons professeurs, ne plus trouver d’excuses aux mauvais"

  1. pascale  5 novembre 2009 à 11 h 52 min

    ce serait bien de reconnaître le mérite :certains enseignants se donnent à fond pour leur métier, font des choses exceptionnelles avec leurs classes, tandis que d’autres arrivent en cours les mains dans les poches… il est bien évident qu’ils ne travaillent pas de la même façonSignaler un abus

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.