Luc Chatel a tranché : la lecture de la lettre de Guy Môquet dans les lycées reste obligatoire. Pour la troisième fois depuis que Nicolas Sarkozy l’a instaurée au début de son mandat présidentiel, en 2007, cette lecture se déroulera le 22 octobre, après-demain, jour anniversaire de l’exécution du jeune résistant.

L’ambiguïté était née d’une note de service du ministère en date du 16 septembre dernier, publiée au Bulletin Officiel huit jours plus tard et révélée par RTL. Signé par Jean-Louis Nembrini, directeur général de l’enseignement scolaire, le texte laissait planer un doute sur le caractère obligatoire de la démarche.

La note demandait certes « de mobiliser les équipes éducatives autour de cette commémoration ». Mais elle précisait ensuite que « ce moment de mémoire et de réflexion pourra[it] s’appuyer sur des rencontres entre les élèves et d’anciens résistants, ainsi que sur la lecture de textes : la dernière lettre de Guy Môquet à sa famille, des lettres de jeunes condamnés à mort ou d’autres textes témoignant de l’engagement des jeunes ». Elle évoquait même des « lectures laissées à l’initiative de chacun ».

Le ministère a donc précisé les modalités de la commémoration. Jean-Louis Nembrini a adressé une nouvelle lettre aux recteurs, levant l’incertitude. La note de service appelle par ailleurs les lycées à étudier cette année l’appel du 18 juin 1940, dont on célèbrera l’an prochain le soixante-dixième anniversaire.

Sources : RTL, AFP, AEF, ActuaLitté.com, le Monde, nouvelObs.com, lePoint.fr, 20minutes.fr, Europe, le Parisien, le Télégramme, le Figaro