Les sénateurs se sont prononcés hier, mercredi, en faveur de l’interdiction des téléphones portables dans les écoles maternelles, élémentaires et les collèges. Cette disposition a été votée dans le cadre de l’examen par la Haute Assemblée du projet de loi sur le Grenelle 2 de l’Environnement.

Les sénateurs ont également relevé à 14 ans le seuil d’interdiction de la publicité pour les portables à destination des enfants, initialement fixé à 12 ans par le projet de loi gouvernemental. Ils affirment avoir pris ces mesures par précaution pour la santé des enfants. Les élus soulignent en effet les « inquiétudes grandissantes et les doutes au sein de la population sur les effets des champs électromagnétiques sur la santé ».

Mais ce vote intervient également deux jours après la publication d’un sondage réalisé par l’institut TNS Sofres. 73% des adolescents de 12 à 17 ans y déclarent possèder un téléphone portable. Près de la moitié de ces adolescents (47%) reconnaissent par ailleurs avoir déjà utilisé leur mobile en plein cours, pour envoyer des SMS, écouter des messages, voire filmer leur professeur ou recevoir des appels.

A la lecture de ces résultats, ministres, fédérations de parents et syndicats d’enseignants ont unanimement exprimé leur opposition à l’usage du portable à l’école. Pour entrer en vigueur, ces dispositions doivent toutefois encore être adoptées par l’Assemblée nationale.

Sources : AFP, AEF, Europe 1, ActuaLitté.com, le Monde, 01net, le Figaro, le Télégramme, Métro, Libération , l’Express.fr, le Parisien, le Progrès, le Républicain lorrain, l’Expansion, Paris Match, Midi Libre, TF1, l’Alsace