Pour la deuxième année consécutive, l’Afev (Association de la fondation étudiante pour la ville) et ses partenaires organisent aujourd’hui, mercredi, la « journée du refus de l’échec scolaire ». Cette année, la manifestation est plus particulièrement centrée sur l’entrée au collège.

Enseignants, élèves, parents, responsables associatifs ou de services scolaires municipaux, chercheront ensemble des idées pour faciliter ce passage. Dans de nombreux établissements, les jeunes collégiens seront ainsi invités à s’exprimer sur leur rentrée, leurs souhaits ou leurs difficultés.

A l’occasion de cette journée, l’Afev a par ailleurs publié les résultats d’une étude, menée par un sociologue, sur les causes de l’échec scolaire. Selon cette enquête, les raisons s’articulent autour de trois axes. Un décalage subsiste ainsi entre les pratiques des enfants et celles qu’exige la scolarisation : les collégiens se couchent tard et partent souvent en cours sans avoir pris de petit-déjeuner.

De plus, ils ne se montrent que peu enthousiasmés par l’école. Ennui, voire angoisse, sont des sentiments largement partagés. Enfin, les enfants avouent ne pas toujours comprendre ce que l’on attend d’eux en classe. Et, pour la moitié d’entre eux, ils n’osent pas demander d’aide à leur enseignant.

Créée en 1991, l’Afev apporte son soutien aux élèves en difficulté, en faisant appel à des étudiants. Elle constitue le plus important réseau de soutien scolaire bénévole.

Sources : AFP, AEF, France Info, la Dépêche du Midi, ActuaLitté.com, 20minutes.fr, le Monde, le Progrès