Tout d’abord, pour se rafraîchir la mémoire, relire notre « En pratique » sur le système scolaire au Royaume-Uni. Pour rappel : les examens sont proposés aux établissements (publics comme privés) par un ensemble d’examination boards privés, parfois affiliés aux grandes universités (comme Oxford et Cambridge pour OCR). Mais il en existe d’autres, notamment Edexcel, ou encore AQA (« The Assessment & Qualifications Alliance ») dont il sera question ici. Les épreuves d’examens diffèrent donc d’une école à l’autre, car elles sont libres de choisir leur fournisseur de sujets. De surcroît, les 3 ou 4 matières qui constituent souvent le « bac » anglais (A levels) diffèrent d’un élève à l’autre, car les élèves se spécialisent librement dans leurs dernières années de secondaire.

C’est pourquoi il est difficile d’évaluer quelle proportion d’élèves va se lancer à la rentrée prochaine dans l’aventure de la « psychologie anomalistique », centrée sur l’étude du paranormal. D’après le Guardian, l’exam board « AQA » a décidé d’inclure cette discipline dans ses programmes d’examens, en option complémentaire de la psychologie. Ce seront les chefs d’établissement qui décideront ou non de la proposer, les élèves décideront ou non de s’orienter dans cette voie, et d’en faire une de leurs matières principales en fin de high school.

En tout cas, le programme s’annonce fascinant puisqu’il abordera des matières de haute tenue scientifique telles que : la télépathie, la télékinésie, la guérison psychique, le spiritisme, la prémonition, les perceptions extra-sensorielles en général et les Expériences de Mort Imminente. Mais ce n’est pas tout ! Des thèmes encore plus insolites seront abordés : le Triangle des Bermudes, l’astrologie, les enlèvements par aliens interposés, la technique de clairvoyance au moyen d’un pendule, ou encore le pouvoir de plier les cuillères par la simple force de sa volonté…

« En d’autres mots, toutes ces espèces de choses bizarres et merveilleuses », comme le résume si bien Chris French, en charge de la cellule de recherche en anomalistic psychology à Goldsmiths (université de Londres). Ce personnage quelque peu excentrique ne doute pas que cette reconnaissance officielle de son domaine d’enseignement ne soit « accueillie chaleureusement » par des milliers d’élèves, et ne réduise « le snobisme intellectuel » de ses confrères psychologues puristes.

Mettez-vous au goût du jour, boostez votre aura et testez votre capacité à vous mettre sur ma longueur d’ondes ! Roger ?