Etudier le théâtre est une très bonne chose, cela, Sauver les lettres ne le conteste pas. Un problème se pose cependant, lorsque l’objet d’étude n’est plus le texte de théâtre, mais sa représentation. Afin de pouvoir correctement traiter d’un tel sujet à l’âge de dix-sept ans, il faut avoir derrière soi une très solide culture, qui ne s’acquiert qu’en allant très souvent au théâtre. Or comment faire pour disposer d’une telle culture en étant aussi jeune ? Et surtout comment faire lorsque l’on est issu d’un milieu défavorisé et que l’on ne va jamais au théâtre ?

Sauver les lettres dénonce le fait que de tels sujets sont fortement discriminants socialement : « ils accordent une prime exorbitante aux élèves que leur milieu culturel familial et social conduit souvent au théâtre ».

De tels sujets survalorisent donc « la certification d’un savoir extra-scolaire » et de toute manière ne permettent pas aux élèves, même les plus sérieux, d’utiliser les connaissances acquises au cours de l’année et portant sur le « texte » littéraire et les oeuvres au programme. Seule la « représentation » du texte théâtral compte ici en effet