L’enseignement en Belgique : une mosaïque

Wallons d'un côté, Flamands de l'autre, établissements publics ou privés, enseignement ordinaire ou spécialisé, général ou professionnel... Le paysage éducatif belge a souvent des allures de tableau pointilliste.

Dans un pays où la liberté de l’enseignement est inscrite dans la Constitution et où la population est divisée en deux communautés linguistiques*, l’éducation peut difficilement être qualifiée de nationale.

La Belgique francophone

Nature et obligations des écoles diffèrent en fonction de deux critères : le pouvoir organisateur et leur caractère. L’enseignement organisé par la Communauté française se doit d’être neutre. Il garantit une liberté de choix aux parents qui ne veulent pas d’un enseignement confessionnel pour leurs enfants. Le plus souvent non confessionnel, le dispositif mis en place par la Région bruxelloise, les Provinces et les Communes, propose selon les textes « le choix entre l’enseignement d’une des religions reconnues et celui de la morale non confessionnelle ». Enfin, l’enseignement privé est à 95% catholique. Il vise à l’évangélisation par l’éducation. Les 5% restants sont composés d’écoles religieuses protestantes ou juives, ainsi que d’écoles non confessionnelles marquées par leur orientation pédagogique (Freinet, Steiner…) Les établissements de la Communauté française sont intégralement financés par l’État, qui subventionne tous les autres, publics comme privés.

La Belgique néerlandophone

C’est la Communauté flamande de Belgique qui définit le contenu et les objectifs des programmes. Les cours sont alors déterminés par les autorités administratives et approuvés par le ministère. Outre les disciplines traditionnelles, ils comprennent en primaire l’observation de l’environnement et la sécurité routière. Dans le secondaire, la première année est commune. Les élèves ont ensuite de plus en plus de choix quant aux matières étudiées. Ils optent en fin de 2ème année pour l’éducation générale, professionnelle, technique ou artistique. L’instruction religieuse ou morale est dispensée pendant toute la scolarité. Enfin, chaque année doit être validée par un examen avant le passage dans la classe supérieure.

Des points communs

Dans les deux parties de la Belgique, l’éducation est obligatoire de 6 à 18 ans. Mais les élèves peuvent opter pour un temps partiel à partir de 15 ans et entrer dans le système d’enseignement professionnel. Les 12 années de scolarité sont divisées en deux cycles de six ans chacun. Les activités s’étalent du lundi au vendredi. Elles peuvent débuter à 8 heures, et se terminer à 16 heures dans le primaire, 17 heures dans le secondaire. Les mercredis après-midi sont libres. Lorsqu’ils achèvent avec succès le cycle primaire, les enfants reçoivent le certificat d’études de base. Par ailleurs, les élèves de 3 à 21 ans souffrant d’un handicap qui les empêche de suivre les cours dispensés dans l’enseignement traditionnel sont accueillis dans les institutions de l’éducation spécialisée.

L’influence du privé

Autre caractéristique partagée par les deux communautés : la proportion importante d’élèves inscrits dans le privé. Elle s’élève à 50% en Belgique francophone et atteint 70% dans les Flandres belges. La Constitution belge favorise cette tendance, puisque son article 24 établit la liberté de l’enseignement. Du reste, le Ministère n’organise pas d’examen commun à toutes les écoles. Des inspecteurs s’assurent du respect de standards satisfaisants et l’État reconnait l’autorité des établissements pour décerner des certificats.

                                       Patrick Lallemant

*Très marginale, la communauté germanophone n’est pas évoquée dans cet article

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.