Luc Chatel proposera la semaine prochaine aux syndicats des rencontres en présence de Valérie Pécresse pour évoquer la réforme de la formation des enseignants. C’est en tout cas ce qu’a annoncé hier Patrick Gonthier, à l’issue d’un entretien avec le nouveau ministre de l’Education. Pour le secrétaire général de l’Unsa-Education, « c’était une rencontre ouverte, le ministre souhaite s’approprier les dossiers le plus rapidement possible ».

Sur le même sujet, un collectif regroupant 64 associations politiques, syndicales ou professionnelles a appelé au retrait des projets de décrets en passe d’être publiés. Pour les signataires, le projet, tel que défendu par le ministère, provoquera une « dégradation de la formation professionnelle ». Ils soulignent en particulier qu’un élève stagiaire devra consacrer deux tiers de son temps à l’exercice de son service d’enseignement contre les 40% actuellement, au détriment de la formation professionnelle.

Rédigés avant la fin des travaux de la commission Marois-Filâtre, ces projets de décrets avaient amené la Conférence des présidents d’université (CPU), la Conférence des directeurs d’IUFM (CDIUFM), la Conférence des directeurs d’UFR de sciences (CDUS) et la Conférence des directeurs d’UFR de lettres et sciences humaines (CDUL) à suspendre leur participation à cette commission.

En début de semaine, Luc Chatel avait déclaré, en marge d’un déplacement à Colombey-les-Deux-Eglises, que « la masterisation est une réforme qui va se faire car elle est nécessaire », ajoutant que « la concertation [était] terminée ».

Sources : AFP, AEF, MediaPart