Le gouvernement vient de transmettre aux syndicats une nouvelle mouture du futur brevet des collèges, qui doit servir de base à des discussions, ce mercredi, avec les syndicats d’enseignants, représentants des parents d’élèves et chefs d’établissement réunis dans une commission spécialisée.

Le nouveau projet abandonne une bonne partie des changements introduits dans les versions précédentes. Une première circulaire, publiée fin mai, faisait en effet du brevet un « mini-baccalauréat », avec deux séries (enseignement général et professionnel), quatre épreuves écrites et deux épreuves orales, organisées sur deux jours.

Les points au-dessus de 10 obtenus en contrôle continu dans l’ensemble des disciplines, ainsi que les notes de vie scolaire et d’éducation physique devaient également être prises en compte pour l’obtention du brevet. Les syndicats s’étaient alors unanimement opposés à la réforme, dénonçant notamment « un brevet bradé ».

Beaucoup plus classique selon les syndicats, la nouvelle maquette prévoit une seule épreuve nouvelle : un oral en histoire de l’art, qui s’ajouterait aux trois écrits actuels : français, mathématiques et histoire-géographie. Les épreuves de sciences physiques, SVT (ou technologie, au choix) et langue vivante, qui figuraient dans la précédente version, ne sont plus évoquées. Par ailleurs, toutes les notes du contrôle continu seraient prises en compte.

Le projet doit être présenté le 1er juillet prochain au Conseil supérieur de l’éducation. La mise en place du nouveau brevet, prévue par la loi sur l’école de 2005, a pris beaucoup de retard.

Sources : AFP, le Monde, l’Express.fr, ActuaLitté.com, 20minutes.fr