Du déjà vu pour les élèves anglais à l’épreuve de français

Le fournisseur de sujets d'examens britannique EDEXCEL a attribué à tort les sujets de l'année dernière à près de 2000 élèves anglais à l'examen de français de fin de seconde. Et l'histoire ne s'arrête pas là...

The Guardian annonce jusqu’à 1800 cas d’inversion des sujets de français « EDEXCEL » pour les examens de fin de seconde (Year 11), les GCSEs*. En Angleterre, à cause d’un enseignement majoritairement privé, la plupart des examens scolaires de fin d’année sont concoctés par divers fournisseurs indépendants : OCR, AQA, WJEC, CCEA – et la firme londonienne EDEXCEL, dont le nom est censé combiner la notion d' »éducatif » et… d’excellence. Du beau travail en effet !

Un surveillant de l’épreuve de compréhension écrite et orale de français, surpris hier matin de constater une différence dans le nombre de questions sur les sujets d’une même classe, a raconté au journal britannique comment la découverte de l’erreur a créé « le chaos dans la salle » et sérieusement « perturbé les élèves ». On les comprend : comme chez nous, certains étudiants avaient planché sur les annales des années précédentes avec leurs professeurs, et les chanceux qui se sont retrouvés avec les sujets 2008 partaient logiquement avec une longueur d’avance.

Et ce n’est pas tout… En plus d’avoir semé une pagaille administrative monstre et énervé plus d’une école avec ce mélange de sujets, EDEXCEL s’est également vu privé d’un grand nombre de correcteurs patentés pour les examens SATs, des tests qui eux évaluent le niveau des élèves anglais généralement à l’âge de 7, 11 et 14 ans. On avait en effet remis aux correcteurs potentiels des exemplaires mal conçus de tests à corriger censés « évaluer leur évaluation », ce qui a conduit à une injuste mise à l’écart de centaines d’entre eux. Devant cette pénurie aggravée de personnel, EDEXCEL a décidé mercredi dernier de passer outre ces « tests qualité » des examinateurs et de leur confier à tous des copies à corriger, au bénéfice du doute. Une décision qui suscite bien des interrogations sur les standards de notation cette année, dans les différents examens à la charge de la société…

Les sujets litigieux de français en Seconde comptaient pour 40% de la note finale. EDEXCEL annonce que la situation sera rétablie au cas par cas, s’excuse bien évidemment, et assure que des notes rééquilibrées seront attribuées à chaque élève en tenant compte du sujet reçu. Mais sous combien de temps ? L’an dernier déjà, un défaut dans un logiciel conçu par la compagnie américaine ETS avait conduit à un marquage erroné des examens SATs, avec une réalisation tardive de l’erreur, entraînant colère et poursuites juridiques juteuses dans son sillage. Apparemment, la leçon n’a pas été retenue !

* Le passage des GCSEs (pour General Certificates of Secondary Education) dans la onzième année d’éducation est l’équivalent britannique le plus proche de notre brevet, portant sur un nombre de matières très variées. Les sujets sont élaborés par des « comités d’examination »

Partagez l'article

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.