Sudel, la maison d’édition des enseignants

Sudel est une maison d’édition originale : gérée par des enseignants, elle ne publie que les enseignants. Jean-Louis Biot, son responsable, nous explique son fonctionnement.

Quelle est l’histoire de la maison d‘édition Sudel, et pourquoi ce nom ?

Sudel signifie Société universitaire d’édition de librairie. L’origine de la création de la maison est liée à la Première Guerre Mondiale. De nombreux instituteurs de l‘époque regrettaient le caractère belliciste des livres scolaires et ont voulu proposer d’autres ouvrages en particulier en français et en histoire. Par ailleurs le SNI (aujourd’hui SE-UNSA), syndicat national des instituteurs, estimait que les ouvrages publiés ne reflétaient pas suffisamment les pratiques professionnelles et pédagogiques. Tout ceci a fait qu’à la fin de la guerre, l’idée a germé que le SNI pourrait être à l’origine d’une maison d’édition. Elle se concrétisera en 1932. A partir de là, Sudel va se développer autour d’un produit phare qui au départ s’appelle Le livre des instituteurs, de Joseph Soleil. Ce dernier travaillait au ministère de l’Instruction Publique, et présentait dans son livre l’ensemble des droits et devoirs des instituteurs, avec également une dimension morale et éthique. Au fil du temps, ce « livre des instituteurs » deviendra le fameux « Code Soleil ». Il traversera le temps, est encore publié aujourd’hui, mais enrichi, car il s’adresse désormais aussi aux enseignants des collèges et lycées.

Aujourd’hui comment fonctionnez-vous ?

Nous sommes un tout petit effectif, et nous sommes une équipe d’enseignants bénévoles. Nous nous inscrivons dans le domaine de l’économie sociale et nous reconnaissons dans une conception laïque et humaniste de la société.

Comment choisissez-vous vos auteurs, et à combien d’exemplaires sont-ils édités ?

Nos auteurs sont les enseignants. D’où notre slogan « Sudel : les enseignants éditeurs ». Pour simplifier les choses, nous offrons sur notre site un espace où ils peuvent proposer directement un projet d’écriture. Nous ne passons pas de commande. Nous éditons une quinzaine de livres par an, les tirages vont de 500 à 5000 exemplaires, la moyenne est de 1000. Et nous recevons environ une douzaine de propositions d’enseignants par mois. Nous analysons les projets en comité de lecture, un comité composé de 11 enseignants, puis une publication est décidée ou non.

Pouvez-vous nous donner quelques exemples de projets retenus ?

Compte tenu de nos modestes moyens, nous essayons de trouver des petites niches. Nous avons publié par exemple un livre d’exercices Réussir en mathématiques au lycée, un Abécédaire pour accompagner des parcours scolaires personnalisés, qui a été réalisé par les membres d’un Relais (Réseau Educatif Local pour les Apprentissages et l’Insertion sociale) ou encore un livre de pratique pédagogique musicale pour les petits avec un CD. Nous diffusons aussi un DVD intitulé Identités françaises et citoyenneté, produit par le Centre Culturel de la Citoyenneté de Grenoble, qui aide les enseignants à faire comprendre dans le cadre du cours d’éducation civique, ce qu’est le « vivre ensemble ». Mais nous ne faisons pas que du scolaire : nous publions aussi des recueils de poèmes par exemple.

Et vos publications à venir ?

Comme projet de rentrée, nous allons publier un Classeur des savoirs , dont le point de départ est : « comment réagir à la passivité intellectuelle de nos élèves ? ». Il s’agit d’un ouvrage très pratique sous forme de fiches, destiné aux enseignants de maternelle pour les aider à dynamiser leur classe au quotidien. Autre projet : un recueil de poèmes de collègues de la Réunion, qui s’adresse aux élèves de maternelle et de primaire, et qui leur permet aussi de découvrir l’atmosphère de cette île. Enfin, nous travaillons à un fichier pour le cycle 3 et la 6e, avec des cartes de jeux, 80 en tout, sur le développement durable.

Partagez l'article

1 commentaire sur "Sudel, la maison d’édition des enseignants"

  1. Gérard BERTIN  31 août 2013 à 23 h 29 min

    Je pense qu’il est un peu outrancier d’affirmer que le SNI est tout simplement devenu le SE-UNSA… Ayant été militant du SNI et maintenant fervent défenseur des idées portées par le Snuipp je me sens dépossédé d’une partie de mon passé militant!!!Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.