La grève, une expérience enrichissante vis-à-vis de la culture française, selon Harvard

Après des mois de grève, avec l'intervention de la police hier à Toulouse II, la dernière fac bloquée va reprendre une activité normale. Malgré une durée record, les étudiants d'Harvard présents dans les universités parisiennes cette année n'ont pas forcément trouvé l'expérience des blocages traumatisante. Au contraire.

La grève d’étudiants, c’est bien sûr du jamais vu pour les sages étudiants anglo-saxons. Comme chaque année, 2008-2009 avait recueilli son lot d’étudiants Erasmus et autres expatriés, prêts à poursuivre leurs études pour un semestre ou un an dans notre beau pays. Niveau études, le score n’est pas toujours terrible. Mais pour ce qui est du choc des cultures, par contre…

Le journal de la prestigieuse université américaine d’Harvard, The Crimson, a publié fin avril un article sur les impressions de ses étudiants qui ont vécu les grèves aux côtés des étudiants français. Les douze étudiants d’Harvard actuellement présents à Paris risquent la perte d’un semestre entier d’études. Ils ont vécu la grève d’abord avec surprise, puis avec curiosité.

Dans un premier temps, c’est l’incompréhension. Les professeurs sont soudain au milieu des classes, occupés à disséquer leurs raisons de faire la grève avec leurs étudiants au lieu de donner leurs cours magistraux habituels du haut d’une estrade… La plupart des étudiants d’Harvard ont alors trouvé des moyens détournés pour rattraper les cours perdus, s’adressant notamment aux universités privées. Mais certains ont simplement profité de ce temps libre inattendu pour mieux découvrir la culture française…

Ainsi, Annie Shoemaker est loin de regretter son année parisienne. « J’ai trouvé l’expérience des études à l’étranger merveilleuse et j’espère que les grèves ne décourageront pas de futurs étudiants de venir étudier ici, » explique-t-elle. Dans la même veine, Catherine H. Winnie, en charge du Bureau des Programmes Internationaux pour Harvard, ne pense pas que la situation soit si catastrophique. « Je m’attends à ce que nos étudiants aient des histoires intéressantes à nous raconter à propos de leurs études à Paris, et qu’ils aient une compréhension plus approfondie de la culture française après ces grèves, » a-t-elle récemment commenté.

L’expérience de la grève éclairante sur les traditions françaises ? Evidemment, mieux vaut rester positif… Je préfère autant que la France n’épouvante pas le reste du monde étudiant par ses mouvements d’humeur. Mais quelque part, je formule aussi le souhait que les grèves répétées de ces dernières années ne deviennent pas une tradition, et une sorte d’attraction touristique pour les étudiants étrangers en mal d’animation dans leurs pays natal !

Partagez l'article

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.