Alerte maximale sur l’état de l’Université française : elle va mal, très mal même. Une trentaine d’universitaires de renom, de bords politiques très différents, ont donc décidé de se mobiliser pour lancer un appel à sa refondation. Pour éviter que n’augmente encore la fuite des meilleurs étudiants vers les classes préparatoires et les IUT, et pour les plus faibles, les taux d’échec, plusieurs pistes sont envisageables. Pour eux, il est capital de créer des parcours différenciés. C’est-à-dire que l’université accueille l’ensemble des formations -d’excellence, techniques, professionnelles…, toutes placées sous l’égide d’un ministère unique, celui de l’Enseignement supérieur, et qu’elle propose des parcours différenciés en fonction du profil des étudiants.

Il s’agirait donc de créer à l’université « un grand service public propédeutique de premier cycle réunissant (ce qui ne veut pas dire normalisant dans un cycle uniforme) IUT, BTS, classes préparatoires et cursus universitaires de licence ».
Ce qui impliquerait une sélection des étudiants pour accéder aux formations, même si le principe de l’accès pour tous les bacheliers à l’université n’est absolument pas remis en cause. Autre point fort de cet appel : la proposition d’une sélection à l’entrée en master1 et non plus en master2.
L’objectif de cet appel est de donner une place centrale à l’université, comme c’est le cas partout ailleurs dans le monde, la France étant le seul pays où « l’Université est ainsi le maillon faible de l’enseignement supérieur »

Amis lecteurs, estimez-vous que l’Université française est à l’agonie et que pensez-vous des propositions contenues dans cet appel des universitaires ?