Les TIC au service d’un partenariat éducatif avec l’Ecosse

Depuis la signature en 2004 de la déclaration d’intention1 entre la France et l'Écosse, écoles, collèges et lycées de ces deux nations s’engagent dans des projets de coopération. Grâce à l’utilisation des technologies de l’information et de la communication, les deux pays n’ont jamais été aussi proches. Reportage avec des enseignants conquis.

Il y a deux ans, Manuèle Berhault et Liz Wilson ont mis en place un projet de collaboration entre leurs classes. La première enseigne l’anglais à l’école élémentaire Les Tilleuls à Chartettes (77) en CM1 et CM2, tandis que la seconde donne des cours de français à Comely Park Primary School, à Falkirk en Écosse. Enthousiastes, elles font part, d’une même voix, de l’enrichissement que ce projet procure, aux élèves comme aux institutrices.

La découverte d’une autre culture

Le travail sur les projets de coopérations bilatérales se fait sur le temps imparti aux cours d’anglais du programme (1h30 par semaine en France). Conformément à l’objectif de ces partenariats (« mettre en relation des groupes d’élèves de nationalités différentes sur la base commune de l’Union européenne »), Manuèle et Liz promeuvent l’échange linguistique et culturel, que ce soit sur le mode de vie, la culture, l’histoire, l’environnement proche…

Concrètement, les élèves s’écrivent ou conçoivent des vidéos dans lesquelles ils se mettent en scène pour, par exemple, présenter leurs lieux de vacances préférés. Certains de ces films expliquent le fonctionnement de la vie scolaire dans leurs pays respectifs : temps pour déjeuner, port de l’uniforme… « Le but est vraiment de leur faire constater les différences et les similarités entre nos deux cultures ». Les petits Écossais sont ainsi fascinés par l’absence d’uniformes dans les écoles françaises. « Les enfants trouvent normal que leurs vies soient différentes, ça leur apprend la tolérance, les différences ne sont plus une barrière. Ces projets permettent ainsi de réduire la distance entre eux ».

Mieux apprendre une langue étrangère

Pour les deux enseignantes, la vidéo est « un excellent outil pour les cours. On a ainsi plus de matière pour travailler la pratique orale, et tout le monde participe ». Grâce à elle, le correspondant devient « réel pour ceux qui se trouvent outre-Manche ». Les élèves peuvent ainsi voir et entendre ceux qui leur ont écrit des lettres. « Cela donne un sens à l’apprentissage de la langue », appuie Liz. Pour Manuèle, écouter des natifs parler la langue qu’ils apprennent rend les enfants « curieux et intéressés. C’est motivant et c’est une expérience intéressante pour chacun de nous ».

Des enseignants séduits

Des formations sont organisées pour les professeurs qui souhaitent participer à un programme de coopération bilatérale. Ces projets ne sont pas seulement profitables aux élèves, mais aussi aux professeurs : ils ont ainsi la possibilité d’échanger avec des collègues dans la langue qu’ils enseignent. Et ils bénéficient de supports de travail beaucoup plus attractifs pour apprendre les langues étrangères à leurs classes.

Deux séries d’actions ont été initiées en application de la déclaration de 2004. Une première série vise à « encourager les partenariats scolaires et les échanges entre élèves », avec un large recours aux nouvelles technologies. D’autres actions encouragent l’échange d’expertise sur des sujets tels que l’impact des TIC sur la qualité de l’apprentissage.

Parallèlement, France et Écosse échangent « sur des thèmes d’intérêt commun », et notamment sur la formation professionnelle. Pour 2009, les thèmes de réflexion choisis sont « la scolarisation des élèves en situation de handicap » et « les relations familles-Écoles ».

                               Emma Redondo


(1) La Déclaration d’intention dans le domaine de la coopération éducative et de la formation a été signée le 30 novembre 2004 entre le ministère français de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche et l’exécutif écossais.

Partagez l'article

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.