»Le sentiment de déclassement des professeurs d’université »

Ce sont les mots d'Axel Kahn, qui répond aux questions du Nouvel Obs -paru aujourd'hui- sur la situation dans les facs.

L’entretien est court, mais tout est dit. Titré « Enlisement dans les facs », il présente le point de vue du généticien Axel Kahn, président de Paris-V. Il juge que le gouvernement a « beaucoup reculé » sur les réformes. Mais la mobilisation perdure. Comment l’expliquer ?

Pour Axel Kahn, un élément indirect pourrait être le fait que les enseignants-chercheurs voyagent. En effet, explique-t-il, lorsqu’ils voyagent, ils « voient comment, à l’étranger, les professeurs sont respectés, bien payés ».

Alors qu’en France, ils « se sentent prolétarisés, avec un sentiment de déclassement ».

2 commentaires sur " »Le sentiment de déclassement des professeurs d’université »"

  1. nicky  17 avril 2009 à 18 h 24 min

    Ainsi donc les étudiants chercheurs dites vous voyagent, ils doivent donc rencontrer d’autres chercheurs qui cherchent et trouvent parfois.
    Le probleme des enseignants en France c’est qu’ils n’ont pas conscience de ce qu’est la vie économique actuelle. Beaucoup se réfugient dans l’enseignement car ils ont peur d’affronter la réalité, en fait ils ne connaissent pas les problèmes que rencontrent ceux qui se lancent dans la vie active. Ils devraient obligatoirement exercer une activité professionnelle avant de pouvoir enseigner, leur approche du monde tel qu’il est serait différenteet ils seraient moins théoriques.Signaler un abus

  2. pierre caro  17 avril 2009 à 18 h 39 min

    eh oui, je trouve la remarque pertinente et je la défends depuis des décennies : ceux qui ont a enseigner nos enfants afin qu’ils soient producteurs dans les entreprises ou les administrations, devraient pratiquer celles-ci. Comme l’écrit Nicky, ils auraient peut être davantage conscience (les enseignants) de la protection qu’ils ont et pourraient comparer leur rémunération avec ceux qui ont fait, également, des études de même niveau. Ils ne sont pas touchés (les enseignants) par la crise actuelle par exemple. Par contre on peut penser que ce sont leurs élèves qui ont créé la situation d’aujourd’hui. Ceci sans rancoeur, simplement un peu de réalisme d’un monsieur retraité autodidacte.Signaler un abus

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.