L’entretien est court, mais tout est dit. Titré « Enlisement dans les facs », il présente le point de vue du généticien Axel Kahn, président de Paris-V. Il juge que le gouvernement a « beaucoup reculé » sur les réformes. Mais la mobilisation perdure. Comment l’expliquer ?

Pour Axel Kahn, un élément indirect pourrait être le fait que les enseignants-chercheurs voyagent. En effet, explique-t-il, lorsqu’ils voyagent, ils « voient comment, à l’étranger, les professeurs sont respectés, bien payés ».

Alors qu’en France, ils « se sentent prolétarisés, avec un sentiment de déclassement ».