Dans leur motion, les professeurs de langues anciennes dénoncent le fait que dans la nouvelle mouture du CAPES de Lettres Classiques, « les épreuves d’admissibilité seraient réduites à deux au lieu de trois actuellement » et que « les épreuves d’admission seraient elles aussi ramenées à deux, au lieu des trois épreuves actuelles ». Concrètement, cela veut dire qu’à l’écrit, le candidat n’aurait plus qu’une seule version, soit en latin, soit en grec. Mais pas les deux.
De même à l’oral, l’épreuve d’explication de texte antique serait remplacée par une épreuve pédagogique. Le candidat ne serait donc absolument plus évalué sur « son savoir historique, littéraire et culturel ». La motion condamne donc « cette importance inédite des épreuves pédagogiques dans un concours de recrutement » qui « consacrerait un recul inacceptable du savoir comme critère de sélection ».