Entre 1,2 et 3 millions de personnes, selon les sources, ont défilé hier dans toute la France à l’occasion de la journée interprofessionnelle d’action contre la politique gouvernementale. Dans tous les cas, syndicats et ministère de l’Intérieur font état d’une mobilisation supérieure à celle du 29 janvier dernier.

Paradoxalement, la grève a été moins suivie que lors de la précédente journée d’action. Selon le ministère de la Fonction publique, 21,1% des fonctionnaires ont cessé le travail hier, contre plus de 25% le 29 janvier. Dans l’Education aussi, le taux de grévistes était en baisse selon le ministère, à 27,98% contre 34,61% fin janvier.

Dans le détail, à la mi-journée, le mouvement était suivi par 35,10% des enseignants dans le primaire, 28,74% dans les collèges, 19,31% dans les lycées d’enseignement professionnel et 21,25% dans les lycées d’enseignement général et technologique. En outre, 20,74% des personnels non-enseignants (ATOSS) avaient également cessé le travail. Ces chiffres ont été établis sur la base de l’effectif total, pas sur celui initialement prévu dans chaque établissement pour la journée.

Par ailleurs, le Service minimum d’accueil imposé aux communes par la loi du 18 août 2008 lorsque le taux prévisionnel d’enseignants grévistes d’une école atteint au moins 25 % semble gagner du terrain. Après une série d’injonctions des tribunaux, environ 80 % des grandes villes l’ont mis en place hier. Certaines ne l’ont toutefois appliqué que partiellement car la grève touchait également les personnels municipaux.

Sources : AFP, la Tribune, nouvelObs.com, le Télégramme, Challenges, France Info, lePoint.fr, le Parisien, l’Express.fr, Ouest-France, les Echos, Libération, la Provence, RTL, Métro, RFI, France Soir, Paris Match, l’Expansion, la Croix, leJDD.fr, 20 minutes, le Monde, Reuters, Europe 1, AP, AEF