Un tiers des universités pour Les Echos, la moitié d’après La Tribune, sont toujours bloquées ou en grève à ce jour. La situation commence à devenir problématique pour certains présidents d’université, qui le font savoir à Valérie Pécresse. Véronique Soulé, dans son Blog, rapporte ainsi aujourd’hui les propos de Lise Dumasy, à la tête de l’Université Stendhal (Grenoble 3), qui a adressé hier un courrier à la ministre de l’Enseignement supérieur. Outre le fait que plus d’une quarantaine des enseignants-chercheurs de sa fac n’assument plus leurs tâches administratives, la présidente est confrontée au Printemps des chaises (les salles de cours sont vidées de leurs chaises, afin que les cours ne puissent pas avoir lieu) particulièrement en