La Conférence des présidents d’université n’est pas favorable à une entrée en vigueur de la réforme avant 2010-2011 (2011 pour les concours). Elle exprime aussi « sa vive inquiétude » pour la période 2009-2010, qui « ne peut être considérée comme la première année de la réforme », alors qu’elle a été présentée, jeudi dernier, par le gouvernement comme une année de transition avec des concours 2010 à « caractère provisoire ».

Pour les présidents, « les désaccords exprimés et les contradictions entre acteurs, en particulier pour le second degré, sont en effet trop nombreux pour que l’on fasse l’économie d’une réflexion avant le lancement de la réforme ». En conséquence, dans un communiqué où elle « rappelle son soutien à une réforme de la formation des enseignants et à une revalorisation de leur carrière » , la CPU « demande qu’une solution soit trouvée dans les deux semaines afin que les étudiants préparant les concours 2010 sachent où s’inscrire et que cesse la confusion. »

Xavier Darcos juge ce communiqué positif. Pour lui, il « acte le fait que les propositions qui ont été faites par le gouvernement permettent vraisemblablement de débloquer le dossier. » Interrogé hier à l’Assemblée nationale lors de la séance de questions au gouvernement, le ministre de l’Education s’est donc montré optimiste : « La seule question qui reste est celle de (…) l’année 2009-2010. Nous y travaillons. La semaine prochaine, nous recevrons avec Valérie Pécresse l’ensemble de nos partenaires et je vous assure que nous trouverons une solution. »

Sources : AFP, Libération, le Monde, nouvelObs.com, 20minutes.fr