Voici quelques propositions qui pourraient être entendues en cette période de réflexion sur l’enseignement secondaire…

Pour faire évoluer l’ensemble, il faudrait redéfinir les objectifs, missions et méthodes de travail des corps d’inspections et par là, les modes d’animation et d’évaluation des ''équipes'' d’enseignants, en trois points :

-1- L’animation pédagogique devant privilégier le travail d’équipe interdisciplinaire, avec une approche beaucoup plus globale des acquisitions cognitives et de la progression de chaque élève.

Pour l’anecdote…… En 15 années en qualité de chef d’établissement, jamais un IPR ou IG n’ont proposé de réunir l’équipe pédagogique au complet d’une division, quelle soit de 2de, 1ère ou de Tle, pour en apprécier la bonne progression d’ensemble !! C’est hélas la ''défense'', voire la promotion et toujours l’hégémonie disciplinaire qui a prévalu……( défense des horaires / coef. Au bac / options aux concours/ etc…..)







Pour faire évoluer l’ensemble, il faudrait redéfinir les objectifs, missions et méthodes de travail des corps d’inspections et par là, les modes d’animation et d’évaluation des « équipes » d’enseignants, en trois points :
-1- L’animation pédagogique devant privilégier le travail d’équipe interdisciplinaire, avec une approche beaucoup plus globale des acquisitions cognitives et de la progression de chaque élève. Pour l’anecdote…… En 15 années en qualité de chef d’établissement, jamais un IPR ou IG n’ont proposé de réunir l’équipe pédagogique au complet d’une division, quelle soit de 2de, 1ère ou de Tle, pour en apprécier la bonne progression d’ensemble !! C’est hélas la « défense », voire la promotion et toujours l’hégémonie disciplinaire qui a prévalu……( défense des horaires / coef. Au bac / options aux concours/ etc…..)
-2- Les jeunes enseignants devant être formés en IUFM aux techniques de projets et de thèmes, supports pédagogiques reliant les matières entre-elles et sur les techniques de conduite de classes hétérogènes ( qui hélas sont devenues la règle ).Me reviennent à l’esprit des expériences menées du temps des 4èmes et 3èmes « Technologiques », où les équipes pédagogiques assoyaient une bonne partie des enseignements sur quelques thèmes transversaux, tels que l’eau, les énergies, la nature et autres ….. Chaque matière y trouvait son compte pour faire le programme prévu et la quasi totalité des élèves s’accrochaient car l’intérêt ressenti par eux était fort et réel ! Là, le travail en équipe était intense et essentiel et les élèves percevaient un sens et une finalité à tous les cours suivis.
-3- Les enseignants ne devraient plus être évalués ni notés sur une seule prestation pédagogique ponctuelle ( 1 à 2h d’inspection tous les cinq ans en moyenne actuellement !!… ), mais de façon collégiale, par un entretien après un ou plusieurs cours, réunissant l’intéressé, l’équipe, l’IG ou l’IPR et le chef d’établissement ( n’en déplaise aux syndicats ! ), de façon à ce que soient prises en compte dans l’évaluation professionnelle, sa pédagogie, mais aussi son rayonnement, son implication à la vie et au « Projet d’établissement », la qualité de ses relations avec les élèves, ses collègues, les parents, les partenaires, l’administration locale, etc……
De telles actions et d’autres à définir et affiner contribueraient à accroître la réussite d’un plus grand nombre de jeunes. Mieux pris en charge et intéressés dans le cadre de leur formation initiale au collège et/ou au lycée, sans avoir recours au soutien systématique et/ou aux cours particuliers, qui ne constituent qu’un pis aller, sans garantie de succès !
Quels responsables, quels gouvernants auront la lucidité et le courage d’une mise à plat du système et des remises en cause qui s’imposent ? Si on ne s’y attaque pas, il est à parier que les mêmes causes continueront à produire les mêmes effets de rejet pour ces 150 000 jeunes en échec chaque année scolaire. Au-delà des revendications, une remise en question de la part du corps enseignant à tous les niveaux s’impose. Sinon, ils peuvent s’attendre à des évolutions négatives pour eux-mêmes et pour nos jeunes !
Il ne suffit pas d’en parler, voire de s’en gausser à l’assemblée où sur les plateaux de TV, il faut sortir de la rhétorique et des discours stériles sans suites. Il devient urgent d’agir concrètement et de mettre fin au conservatisme, aux habitudes et surtout aux corporatismes exacerbés…

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.