Université : la grogne s’étend

L'opposition des universitaires à la réforme du statut des enseignants-chercheurs a pris une nouvelle dimension cette semaine.

La grogne s’amplifie dans les universités. Réunie pour la première fois hier, la toute nouvelle Coordination nationale des personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche a appelé à une grève « illimitée » dans les universités à partir du 2 février, si le gouvernement n’a pas retiré d’ici-là le projet modifiant le statut des enseignants-chercheurs et la réforme de la formation des professeurs.

Selon les membres de la coordination, 46 des 85 universités françaises étaient représentées, ainsi que plusieurs sociétés savantes, associations de chercheurs et organisations syndicales. Le SNESUP, principal syndicat de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, appelle également à la grève « avec l’objectif de paralyser les universités, tous les établissements d’enseignement supérieur et de recherche » à partir du 29 janvier.

Dans plusieurs universités (Nancy 2, Paris 1, 3 et 7, Toulouse 3, Strasbourg ou encore Lille I), des enseignants ont, par ailleurs, décider de bloquer les notes d’examen. En réaction, la Fage, deuxième organisation étudiante, a publié un manifeste dans lequel elle appelle le gouvernement à « répondre rapidement » aux inquiétudes dans les universités, faute de quoi ce sont « les étudiants qui trinquent ».

De son côté, la Conférence des présidents d’université (CPU) affirme attendre des précisions de Valérie Pécresse avant de prendre une position « définitive ». Enfin, Nicolas Sarkozy a stigmatisé hier les « résultats médiocres » d’une université française qui « multiplie les structures et gaspille les moyens ».

Sources : AFP, Libération, France-Soir, France 2.fr, nouvelObs.com, France Info, la Dépêche, MediaPart

Partagez l'article

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.