Réunis hier, les principaux syndicats d’enseignants, la première fédération de parents d’élèves, les étudiants de l’Unef et deux organisations de lycéens appellent à une nouvelle « journée nationale d’action » contre la politique éducative du gouvernement, le 10 décembre prochain.

Cette réunion devait permettre de décider des suites à donner à la journée de grève et de mobilisation du 20 novembre, considérée comme un succès par les protestataires. Ce jour là, entre 163.000 et 220.000 manifestants, selon les sources, avaient défilé dans toute la France.

Le jour retenu pour la prochaine mobilisation, un mercredi, permettra d’organiser des « rassemblements dans toutes les villes », sans toutefois lancer d’appel à la grève afin, selon les syndicats, « de ne pas impacter le travail dans les établissements ». Les enseignants espèrent également profiter d’un jour sans école pour associer « les lycéens, parents d’élèves, étudiants, militants associatifs, citoyens » à leur mouvement.

De son côté, la CGT-Education a déposé un préavis de grève pour jeudi, jour de l’inauguration par Xavier Darcos du Salon de l’éducation, Porte de Versailles. La section parisienne du SNUiPP-FSU, principal syndicat dans le primaire, entend, elle aussi, s’inviter à la manifestation.

Sources : AFP, nouvelObs.com, le Monde, France-Soir, AEF, ActuaLitté.com