La chanson de Bertrand Soulier sur la ville de Pavillons-sous-Bois ne sera plus étudiée dans le cadre d’une action pédagogique proposée à 1.200 collégiens de Seine-Saint-Denis. Le texte, très critique envers la ville, figure sur un CD et un livret distribués aux élèves de 65 classes, dans le cadre de l’opération « Zebrock au bahut ».

Depuis 19 ans, cette initiative, principalement financée par le Conseil général, permet de faire découvrir la musique à des élèves du 93 au travers d’ateliers-débats, concerts et rencontres.

Sans remettre en cause l’intérêt de l’opération, Philippe Dallier, le maire UMP de la commune, s’est insurgé contre une « faute » de l’association. Pour lui, il était « inadmissible que ce texte très ambigu et source d’amalgames soit un matériel pédagogique ». Réunis en conseil municipal extraordinaire, les élus avaient demandé que la chanson soit retirée de la programmation.

Bertrand Soulier s’avoue décontenancé par les proportions prises par la polémique. Dans son esprit, Pavillon-sous-Bois (sans « s » à Pavillon) reste une fiction. Elle « relate le début des années 90 (…). J’avais 18 ans. Je parle de mes parents, de mon enfance, d’une époque où les skinheads passaient à la télé. Il faut la remettre dans son contexte. »

Pour Daniel Auverlot, enfin, « il faut que les tensions s’apaisent. » Et l’inspecteur d’académie ajoute : « Dans les éditions futures, il faudra que l’académie remplisse son rôle de partenaire dans le choix des textes ».

Sources : AFP, Le Figaro, Télérama, Métro, le Parisien