Sciences écos : l’inquiétude des enseignants

Les professeurs de sciences économiques craignent de voir la réforme des lycées marginaliser leur discipline.

Les professeurs de Sciences économiques et sociales (SES) s’inquiètent pour l’avenir de leur discipline. Ils estiment en effet que la réforme des lycées, qui doit entrer progressivement en vigueur à partir de l’année prochaine, les marginalise complètement.

Actuellement, près de la moitié (42,8%) des élèves de seconde choisissent l’option sciences économiques et sociales parmi les deux options obligatoires qui leur sont proposées. Dans la future seconde, cette matière ne figure pas dans le tronc commun des enseignements généraux. Elle se trouvera en concurrence avec 15 autres matières, dont les maths, le français ou la physique, dans les modules d’approfondissement ou d’exploration. Les 6000 enseignants en SES redoutent qu’élèves et parents optent pour la consolidation de matières obligatoires plutôt que pour un nouvel apprentissage.

Au ministère, on observe que, en cumulant les options SES et Initiation aux sciences de la gestion, les lycéens qui le souhaitent pourront suivre jusqu’à six heures hebdomadaires de cours d’économie. Mais les profs de sciences écos craignent aussi de voir, dans les prochaines étapes de la réforme, fusionner les séries ES et STG (Sciences et technologies de la gestion). Ils soulignent, par ailleurs, leur approche spécifique de la discipline, intégrant des éléments sociologiques.

La filière des Sciences économiques et sociales amène 30% des lycéens jusqu’au baccalauréat général ES. La moitié d’entre eux s’oriente ensuite avec succès vers les études supérieures (Instituts d’études politiques, classes préparatoires, BTS…).

Sources : AFP, France Soir, Libération, Rue89, le Parisien

Partagez l'article

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.