69% des enseignants du primaire devraient être en grève jeudi. C’est en tout cas ce qu’affirme dans un communiqué le Suipp-FSU. Le premier syndicat d’instituteurs s’appuie sur un recensement établi sur la base des remontées de 69 départements.

Dans une quinzaine de ces départements, le syndicat prévoit même un taux de grévistes supérieur ou égal à 80%. Dans les écoles parisiennes, il s’attend à enregistrer une moyenne de 75% de grévistes.

D’une manière générale, toutes les organisations annoncent que le mouvement sera massivement suivi. Au total, elles sont une vingtaine – soit la quasi-totalité des syndicats d’enseignants de la maternelle à l’université, les lycéens de l’UNL et les étudiants de l’Unef – qui appellent à faire grève et à manifester.

Elles entendent ainsi protester contre « la dégradation des conditions de travail » et les 13.500 suppressions de postes inscrites au budget 2009, la réforme des programmes ou « le manque de dialogue social » du ministre.

Cette journée nationale d’action devrait, par ailleurs, constituer l’occasion d’une nouvelle passe d’armes autour du Service minimum d’accueil que les communes doivent désormais instaurer dans les établissements dépassant 25% de grévistes. Après Paris, de nombreuses villes, dont Lyon, viennent ainsi d’annoncer que l’ampleur du mouvement les plaçait dans l’impossibilité d’organiser le SMA dans deux jours.

De son côté, la FSU a appelé les agents des collectivités locales à « s’opposer à toute tentative de mise en place d’un service minimum d’accueil » jeudi.

Sources : AFP, Challenges.fr, nouvelObs.com, France-Info, le Monde, le Parisien