Odile Sick ose l’opérette en ZEP

Professeur d’éducation musicale dans un collège Ambition réussite d’Avignon1 où elle a développé un pôle d’excellence artistique2, Odile Sick est une adepte de la pédagogie de projets… et du mélange des genres. Elle a notamment su sensibiliser les élèves de sa chorale à l’art de l’opérette.

«La musique, c’est tout d’abord de la culture. C’est aussi une liberté que l’on peut acquérir en s’ouvrant à d’autres musiques que celles que l’on connaît ». Enseignante, chef de cœur3 et pianiste, la jeune femme gracile originaire des Yvelines a trouvé en la Cité des Papes le cadre idéal pour mettre en pratique ses convictions. Son répertoire très ouvert4, son talent pour « donner du sens à la musique » et son implication dans le milieu artistique local5 lui permettent d’élargir l’horizon d’élèves socialement défavorisés. Et de participer activement, dans cet établissement sensible où elle exerce depuis six ans, à la lutte contre la violence.

Une formation exemplaire

La rencontre d’Odile avec son art a lieu en 1984. L’élève de 5e qui s’ennuie terriblement pendant l’heure hebdomadaire de musique « dispensée par le prof de maths » a une révélation en s’asseyant au piano du salon de sa voisine Sandra. Son aisance face à l’instrument incite sa famille, modeste, mais de sensibilité artistique, à lui faire suivre des cours particuliers. Odile qui avance vite et bien, tant au piano que dans sa scolarité, entre rapidement à l’école municipale de musique de Bezons (95) avant d’intégrer l’Ecole Nationale de Musique Saint-Germain-en-Laye (78). Soutenue par ses professeurs, la jeune fille passe de front ses différents diplômes de piano et de solfège (elle achève son cycle 3 en 1996), un DEUG et une licence de musicologie. L’obtention du CAPES d’éducation musicale, en 1997, lui ouvre définitivement les portes de l’enseignement. Ce à quoi elle aspire depuis longtemps.

Des ateliers ouverts à tous

Au sortir de l’IUFM, la jeune professeure exerce quelques années en région parisienne. Au collège de Taverny (95) notamment, où elle découvre l’intérêt de faire travailler ses élèves avec l’orchestre des écoles formé par les enfants de CM2. « J’ai tout de suite mesuré l’importance de renforcer les liens entre le primaire et le secondaire. Lorsqu’ils arrivent en 6e, les enfants qui ont collaboré tout au long de l’année précédente sont parfaitement opérationnels. Moins agressifs, plus respectueux, acceptés par leurs aînés. Ils connaissent déjà l’établissement et sont habitués à un travail commun et constructif ». En 2001, lorsqu’elle est mutée en Avignon, dans l’établissement classé en zone violence où elle enseigne aujourd’hui encore, Odile Sick renouvelle aussitôt l’expérience. Et s’engage à monter « un maximum d’ateliers musicaux6 ouverts à un maximum d’élèves ». Les enfants de CM2 et l’ensemble des collégiens (y compris les élèves de SEGPA) peuvent ainsi pratiquer jusqu’à 5 heures de musique hebdomadaires et se produire en concert.

Opérette et compétences transversales

Pour alimenter le pôle artistique de l’établissement, l’enseignante a plus d’un projet en tête. Comme associer éducation musicale, arts plastiques, SVT, français, anglais, informatique et documentation dans des classes à thème7, ou encore impliquer ses élèves dans la réalisation d’œuvres multimédias pluri-arts8. Le 21 juin 2006, « après une année de vocalises et de répétitions intenses, soirées et week-end compris », elle réussit à faire monter ses élèves sur la scène de Monfavet pour y interpréter l’opérette « Véronique »9 aux côtés de la Maîtrise de l’Opéra d’Avignon. Au milieu des décors qu’ils ont eux-mêmes conçus, les enfants et jeunes issus de quartiers défavorisés font forte impression… Notamment à France Bleu Vaucluse qui propose illico à l’enseignante un projet radiophonique10 sur le thème des opérettes marseillaises. Arrangés par la pianiste, les airs de Scotto chantés par des ados sont enregistrés, joués en public et même diffusés en radio… Le plus beau projet du monde ?

                                                 Marie-Laure Maisonneuve

(1) Collège Anselme Mathieu
(2) Voir son site.
(3) Elle dirige la chorale classique de l’école de musique de Montfavet et la chorale de variété de l’université d’Avignon
(4) Du Moyen Âge au XXIe siècle : musique sacrée, musique savante, opérette, gospel, variété française, rock, soul, jazz…
(5) Elle se produit sur scène avec différentes formations, dont son groupe « Blackam »
(6) Atelier vocal, atelier instruments rythmiques, atelier instruments mélodiques, atelier vocal des CM2.
(7 Du compositeur André Messager


(8) Prises de son, capture d’image, montage vidéo, assemblage sonore, fabrication plastique…


(9) Classes « patrimoine », « à dominante musique », « théâtre et musique », « culture », « couleur et son »… Et des itinéraires de découverte.
(10) Une équipe de France Bleu a suivi la chorale pendant l’année scolaire 2006/2007. Elle a enregistré les répétitions, fait l’interview des élèves, réalisé les enregistrements finaux et participé au concert public réalisé en juin 2007 en Avignon. Le projet radiophonique, fondé sur un concept de 10 modules de sept minutes, comportant entretiens, prises d’ambiance, extraits de répétitions et airs d’opérettes a été diffusé en 2008.

Odile Sick en cinq dates

1984 : découvre le piano
1996 : obtient son diplôme de piano cycle 3
1997 : obtient son CAPES d’éducation musicale
2001 : est mutée en Avignon
2006 : implique ses élèves dans le projet d’opérette « Véronique » en collaboration avec l’Opéra d’Avignon

Partagez l'article

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.