Pour mieux lutter contre l’échec scolaire au lycée, puis dans l’enseignement supérieur, la réforme vise à améliorer l’orientation, en personnalisant davantage les parcours. Elle s’appuie notamment sur une nouvelle organisation de l’année de seconde.

Un nouveau rythme

Celle-ci sera, en effet, divisée en deux semestres, de 18 semaines chacun et quatre rendez-vous viendront la ponctuer. Deux conseils de mi-semestre permettront aux enseignants de faire le point avec les élèves sur leurs difficultés. S’y ajouteront deux conseils de fin de semestre, où la question de l’orientation sera abordée. Ainsi, à l’issue de chaque semestre, les élèves dont le choix initial ne correspondrait pas ou plus à leurs attentes pourront changer de spécialisation. A cet effet, une période de bilan et d’orientation sera organisée sur une semaine, entre le premier et le second semestre.

Par ailleurs, les 30 heures d’enseignement hebdomadaires seront réparties en trois groupes : les enseignements généraux (21 heures), les modules d’exploration et d’approfondissement (6 heures) et l’accompagnement personnalisé (3 heures).

Des modules semestriels

Le module consacré aux enseignements généraux regroupera les matières servant de tronc commun à toutes les secondes, d’enseignement général ou technologique : français, mathématiques, histoire-géographie et éducation civique, sciences expérimentales, langues vivantes 1 et 2, éducation physique et sportive.

Les modules d’exploration et d’approfondissement seront au nombre de quatre, représentant chacun trois heures de cours par semaine :



– humanités (littérature française, latin, grec, langues vivantes étrangères ou régionales, art et histoire des arts)


– sciences (mathématiques, physique-chimie, sciences de la vie et de la terre, informatique et société numérique)


– sciences de la société (sciences économiques et sociales, initiation aux sciences de gestion, histoire et géographie)


– technologies (initiation aux sciences de l’ingénieur et de la production, initiation aux sciences médico-sociales, techniques d’atelier et de laboratoire, design, initiation aux technologies de l’hôtellerie et de la restauration, activités physiques et sportives)


Chaque semestre, les élèves choisiront deux modules. Ils pourront approfondir au second semestre les mêmes modules qu’au premier, en conserver un sur les deux, voire en changer totalement. Enfin, les trois heures d’accompagnement personnalisé seront consacrées à une remise à niveau, à des travaux interdisciplinaires ou à une aide à l’orientation.

Moins de redoublements

Pour le ministère, la souplesse et le droit au changement instaurés par la réforme doivent permettre une meilleure orientation en classe de première et une diminution du nombre de redoublements en seconde, qui touchent actuellement 15% des élèves. Cette personnalisation des études vise aussi à mieux préparer les lycéens au passage vers l’enseignement supérieur.

La réorganisation des classes de 1ère et de terminale fait encore l’objet de discussions. Elle entrera progressivement en vigueur, en 2010 et 2011, mais n’entraînera pas de réforme du baccalauréat.

Patrick Lallemant