« Les délais nous paraissent difficilement compatibles avec notre calendrier ». C’est le cri d’alarme que viennent de lancer, à propos de la réforme des lycées, le Syndicat national de l’édition (SNE) et Savoir Livre (association d’éditeurs scolaires : Belin, Hatier, Bordas, Hachette, Magnard et Nathan).

Pour pouvoir mettre en conformité les manuels de seconde à la rentrée 2009, les éditeurs veulent pouvoir disposer des nouveaux programmes « d’ici à la fin de l’année ». Mais le ministre évoque un calendrier plus tardif.

De plus, dans un contexte budgétaire difficile, les éditeurs s’inquiètent au sujet du financement qui leur sera apporté et déplorent l’absence de concertation entre l’Etat et les collectivités locales. La dépense moyenne pour les manuels est, en effet, de 100 euros par lycéen et par an.

Or, si parents et enseignants, interrogés récemment par la Sofres, s’accordent à penser que « les réformes scolaires engagées, tant à l’école primaire qu’au lycée, auront très probablement des répercussions sur la place des manuels, leur contenu et leur usage », ces manuels conservent toute leur importance.

Ainsi, selon cette étude, 80 % des parents veulent que leurs enfants aient des manuels conformes au programme. Une proportion identique d’enseignants du collège estime indispensable que les élèves disposent de manuels conformes chez eux et 60 % des maîtres du primaire ont besoin des manuels pour mettre leur programme en œuvre.

Sources : Actualitté.com, France Soir, les Echos, AFP