Comment rendre hommage à ses ancêtres, comment faire revivre ceux dont l’existence a été anéantie et niée par la barbarie ? Rafael Goldchain a réfléchi à toutes ces questions lorsque son fils est né. Il a voulu lui transmettre à sa façon le passé familial, au travers des notions d' »histoire, de mémoire, de justice et d’héritage », pour reprendre ses propres termes.

Mais ce passé le constitue intrinsèquement : Rafael Goldchain ne s’est donc pas contenté d’imaginer les portraits photographiques de ses ancêtres. Il aurait pu, à partir de documents, de vieilles photos et aussi de son imagination, recréer leurs visages. Il a choisi de les incarner. D’où le titre de son exposition : « I am my family ». Il est devenu sa propre famille, puisqu’il est le personnage de tous les portraits des ancêtres visibles à la galerie Claude Samuel, dans des poses d’époque en noir et blanc. C’est lui et ce n’est pas lui, car il est absolument méconnaissable sous leurs traits. Et surtout, il est d’une ressemblance frappante avec certains d’entre eux