Stéphanie Augereau : quand enseignement rime avec épanouissement

Professeur d’histoire-géographie dans un collège de Sablé-sur-Sarthe, une petite ville de 15.000 habitants, Stéphanie Augereau adore apprendre en même temps que ses élèves. Mais elle souffre parfois des lourdeurs du système.

« On apprend chaque jour. Notre façon d’être et notre enseignement changent, évoluent constamment. Pour moi, le bonheur d’enseigner, c’est ça. » De son propre aveu, quand Stéphanie Augereau commence à enseigner, elle ne sait pas du tout comment fonctionne un adolescent. Issue d’une famille de commerçants, la jeune femme a toujours adoré l’histoire-géo, sans pour autant se destiner à l’enseignement. « Je voulais être journaliste. Mais je pensais que mes résultats n’étaient pas assez bons pour intégrer une école. J’ai donc entamé des études d’histoire et, comme bon nombre d’historiens, j’ai fini par me retrouver face à des élèves ». Difficile, donc, de parler de vocation.

Très vite à l’aise

Pourtant, dès ses débuts, Stéphanie Augereau a l’impression d’avoir trouvé sa place. « Je me suis sentie très vite à l’aise, tant au sein de l’établissement que vis-à-vis des élèves. Et je m’y suis épanouie très rapidement ». Cette découverte prend un goût d’autant plus particulier qu’elle l’effectue comme stagiaire au lycée Douanier Rousseau de Laval, dans l’établissement qu’elle avait elle-même fréquenté. Passionnée d’histoire locale, membre d’une association de mise en valeur du patrimoine, elle aime repousser les murs de la classe et emmener les collégiens sur site. Malgré les lourdeurs administratives inhérentes à ce genre d’activités, les élèves de chacune des cinq ou six classes du collège de Sablé-sur-Sarthe où elle enseigne aujourd’hui sortent au moins une fois par an. « Il peut s’agir de sorties très courtes, ou de classes patrimoine qui durent trois jours, voire une semaine. A chaque fois, je m’instruis en même temps que les élèves ! »

Apprendre avec les élèves

Son épanouissement, Stéphanie Augereau le puise en effet dans le plaisir de transmettre un savoir, mais aussi dans le sentiment de progresser au contact des adolescents. « On a affaire à des élèves qui évoluent, qui changent, qui sont tous différents, pas à des machines. Quand vous sortez de la fac, vous avez encore énormément de choses à apprendre sur le plan pédagogique par exemple. » Actuellement en congé de formation, pour préparer l’agrégation, la prof d’histoire-géo avoue tout de même des moments de ras-le-bol cycliques. « C’est plus une lassitude par rapport au système. Les projets sont de plus en plus difficiles à monter. Et si un jour je m’use, ce ne sera pas à cause des élèves ! » Elle regrette aussi souvent le décalage entre l’image de l’école véhiculée par les médias et ce qu’elle vit au quotidien. Mais, bien vite, l’enthousiasme revient. « J’ai enseigné en Zep pendant cinq ans, dans le quartier des Sablons, au Mans. J’emmenais alors mes élèves dans la vieille ville. Certains n’y étaient jamais allés et n’avaient jamais vu la cathédrale. Et quand ils me disaient avoir envie d’y revenir avec leurs parents, j’avais l’impression d’avoir réussi quelque chose ».

Patrick Lallemant

Stéphanie Augereau en cinq dates

1991 : Maîtrise d’histoire ancienne, au Mans
1992 : Obtient le Capes. Stagiaire au lycée Douanier Rousseau de Laval
1993 : Titularisée au collège d’Auneau, près de Chartres
1998 : Nommée en Zep, au collège Alain Fournier, au Mans
2002 : Nommée au collège Pierre Reverdy, à Sablé-sur-Sarthe

Partagez l'article

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.