Maîtres de conférences : amélioration en vue

Valérie Pécresse a annoncé des mesures pour revaloriser la situation des maîtres de conférences.

La volonté de la ministre de l’Enseignement supérieur est claire : « nous voulons attirer les meilleurs vers les carrières de l’université ». Deux pistes sont prévues.

Premier axe, la revalorisation du début de carrière d’un maître de conférences. Seront prises en compte, pour le calcul de leur ancienneté, les années de doctorat et les activités postdoctorales. La hausse de salaire sera comprise entre 260 et 510 euros bruts mensuels. 2.000 maîtres de conférences seront concernés.

Dans un entretien accordé au Monde, Valérie Pécresse a exposé les « trois vertus » de cette mesure : « elle reconnaît au doctorat une valeur d’expérience professionnelle, elle augmente l’attractivité des carrières à l’université et enfin elle harmonise les situations des universitaires et des chercheurs ».

Second axe annoncé par la ministre. Pour les jeunes chercheurs « les plus prometteurs », des « chaires université/organismes de recherche » seront créées et dotées d’avantages conséquents. 130 postes seront proposés chaque année aux maîtres de conférences, chercheurs ou jeunes doctorants.

Tout en ayant le statut de maîtres de conférences, les lauréats seront déchargés partiellement de leur obligation d’enseignement, et devront se consacrer à la recherche. Une prime annuelle et une dotation leur seront allouées.

Cette réforme est le premier pas du rapprochement entre organismes de recherche et universités, souhaité par la ministre.

Source : Le Figaro, Le Monde, France 2, AFP

Partagez l'article

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.