Le chronobiologiste Hubert Montagner et l’historien Antoine Prost dénoncent les conséquences négatives de la semaine de quatre jours instaurée depuis cette rentrée à l’école primaire. Ils dénoncent une charge de travail trop importante puisque selon eux les enseignants vont devoir faire en quatre jours ce qu’ils faisaient en quatre jours et demi.

Ces spécialistes des rythmes scolaires estiment que ces journées de six heures sont les plus longues et les plus anxiogènes du monde. D’autant que les nouveaux programmes insistent sur les apprentissages fondamentaux en laissant de côté les activités plus ludiques. Ils s’opposent également aux deux heures d’aide personnalisée qui, selon eux, risquent de dégoûter l’enfant de l’école.

Hubert Montagner préconise plutôt de diminuer la durée de la journée scolaire en fonction de la classe. Il recommande également une semaine de cinq jours, incluant le mercredi matin. Selon lui, « il faut vraiment être large sur l’organisation du temps scolaire afin de réserver les temps de cours pour les moments où la vigilance est la meilleure, à savoir en milieu de matinée et en milieu d’après-midi ».

Source : AFP, AEF