François Fillon a annoncé mercredi 9 juillet sur RTL que le gouvernement prévoyait de ne pas remplacer 30 000 fonctionnaires partant en retraite en 2009. Parmi ces suppressions de postes, 13 500 concerneront l’Education nationale.

Après les 11 200 suppressions de postes dès la rentrée prochaine, le ministre de l’Education dit tirer les conséquences de la baisse du nombre d’élèves dans le second degré. Xavier Darcos précise que les réductions de postes ne toucheront pas en priorité le lycée. Selon lui, les suppressions se feront essentiellement dans les effectifs qui ne sont pas devant les élèves. Le ministre affirme que l’offre éducative ne sera pas affectée et que la situation des agents sera améliorée.

Un sentiment que ne partagent pas les organisations syndicales. La FSU estime ainsi que le gouvernement « ignore les besoins et les attentes de la population ». Le syndicat appelle à des actions dès la rentrée. De son côté François Fillon explique que l’objectif de ces suppressions de postes est d’arriver à l’équilibre budgétaire d’ici 2012. Un cap « non négociable » a prévenu le Premier ministre.

Source : France Info, La Tribune, Le Monde, AEF