Stéphane Beaud, professeur à l’ENS (Ecole normale supérieure) et Dominique Glasman, Professeur de sociologie à l’Université de Savoie, ont lancé le 27 juin dernier, une pétition intitulée « Quelle recherche en éducation demain ?« . Ils déplorent la remise en question du recueil de certaines données indispensables pour mener à bien les enquêtes de l’Education nationale. Pourtant, selon eux, ces données ont permis « une meilleure connaissance du monde scolaire et de ce qui s’y joue : inégalités d’éducation entre régions, entre élèves, compétences des élèves,etc ».

Les deux sociologues trouvent recevables le retrait de certaines données du fichier base élèves telles les questions sur la nationalité des élèves. Autant pour d’autres, ils trouvent cela préjudiciables. Ils citent ainsi la suppression de la catégorie « socio-professionnelle des parents ». En agissant de la sorte, « on prive la recherche des moyens de conduire un certain nombre de travaux essentiels », écrivent-ils.

Et d’expliquer « plus moyen, en effet, de mettre en évidence les différences d’orientation des élèves entre les filières, de pointer rigoureusement les inégalités d’éducation, de faire apparaître les mouvements d’élèves d’un établissement ou d’un secteur à l’autre. » « Les travaux d’un Pierre Bourdieu auraient été impensables s’il n’avait pu, avec ses collègues, s’appuyer sur ces données complètes et de grande ampleur.. », concluent-ils.

Source : www.lapetition.com/sign1.cfm?numero=1844, Libération