Les IUFM en danger de mort ?

Recrutement des enseignants à un niveau Master, remise en question de la formation professionnelle…Frédérique Rolet, porte-parole du Snes-FSU, réagit aux déclarations de Nicolas Sarkozy…

Que vous inspirent les déclarations de Nicolas Sarkozy sur la réforme du métier d’enseignant ?



Le métier d’enseignant met en œuvre des connaissances qui évoluent sans cesse, nous souhaitions depuis longtemps que le niveau de recrutement soit élevé. Le président prend en compte cette nécessité, cela nous semble donc positif, à condition de ne pas oublier la formation professionnelle.


 


Quels problèmes se posent selon vous dans le nouveau mode de recrutement proposé ?

Ce qui nous inquiète c’est que l’on supprime la formation professionnelle dispensée  par les IUFM. Il ne suffit pas d’avoir une connaissance très pointue de sa discipline pour enseigner. Or, dans le discours du président, on sent la volonté de faire disparaître les IUFM et, par conséquent, cette formation. Ainsi, les jeunes enseignants pourraient prendre leurs fonctions sans effectuer le stage d’un an durant lequel ils travaillent sur l’aspect pratique au contact des élèves et approfondissent la théorie.


 


D’après le Snes, quel niveau d’étude serait le plus adapté pour entrer en formation ? Et que suggérez-vous pour réformer les IUFM ?

Le Master nous semble être un bon niveau mais les études sont de fait plus longues et cela pose problème. En effet, il y a déjà nombre d’étudiants salariés qui ont du mal à poursuivre leurs études, nous souhaitons donc qu’ils soient recrutés en tant que fonctionnaires stagiaires, comme on le pratiquait jusqu’à la fin des années 1970. Cela compterait pour leur carrière. Le deuxième problème est celui de la retraite : les enseignants sont aujourd’hui titulaires en moyenne à 26 ans et avec l’allongement des études et de la durée de cotisation, les enseignants pourraient travailler jusqu’à 68 ans. En ce qui concerne les IUFM, les stagiaires ne sont pas totalement satisfaits de la formation mais les faire disparaître n’est pas la solution, il faut les améliorer.


 


Quelles vont être les propositions de votre syndicat ?



D’abord, nous allons essayer d’avoir plus d’informations : une série de questions se pose à nous à travers les annonces du président qui veut aller vite puisqu’il parle de recrutement en Master dès 2010. Cela suppose que les étudiants actuellement en Licence soient suffisamment nombreux pour se présenter aux concours dans deux ans, or, ce n’est peut-être pas le cas. Il faudra procéder par étapes. D’autre part, il existe plusieurs concours : que vont-ils devenir ? De plus, nous voulons connaître les orientations du gouvernement et insister sur l’importance de la formation qui pourrait commencer en amont, avec par exemple des éléments de professionnalisation dès la Licence et une formation après le concours. Nous voulons également savoir si les épreuves des concours évolueront et si la grille salariale changera.


 


Quelles sont les actions prévues ?



Une grève et une journée d’action sont prévues les 10 et 17 juin en réaction aux réformes de l’éducation en général. Nous lancerons également un appel au gouvernement en distribuant des tracts sur les lieux d’examens le premier jour du baccalauréat. Sur la question des IUFM, nous allons discuter avec nos collègues formateurs des IUFM de la nécessité de ne pas casser cet outil de formation. Enfin, notre action se poursuivra à la rentrée. Toutes les organisations syndicales ne souhaitent pas mobiliser à cette période mais acceptent que l’on se retrouve fin août, nous en saurons alors plus sur le budget 2009 et pourrons débattre des actions à mettre en place.


 


Propos recueillis par Warda Mohamed

Partagez l'article

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.