Le système d’éducation britannique

Géré par trois « ministères » indépendants1, le système d’enseignement au Royaume-Uni n’en forme pas moins un paysage éducatif cohérent d’une nation à une autre. Axé sur le développement global de l’élève, ce modèle performant2 étend les responsabilités des enseignants bien au-delà de la classe…

Les quatre home nations3 qui composent le Royaume-Uni ont opté pour un système d’éducation comparable en de nombreux points. Durée de la scolarisation obligatoire (de 5 à 16 ans), gratuité de l’enseignement primaire et secondaire jusqu’à l’âge de 18 ans, découpage de la scolarité en key stages4, rythme des évaluations, liberté pédagogique, décentralisation de la gestion du budget de l’enseignement public au niveau des LEA (local education authorities)5, autonomie des universités… sont autant de grandes lignes communes.

Les quatre étapes clefs

Après un passage facultatif (mais en voie de généralisation, notamment en Irlande du Nord) à la nursery school (école maternelle), les petits Britanniques intègrent la primary school (école primaire) le premier jour du trimestre qui suit leur cinquième anniversaire. Au cours des six années (year 1 à year 6) qui composent l’enseignement primaire, les élèves se prêtent à deux évaluations6. L’une à la fin du key stage 1 (year 1 et year 2), l’autre au terme du key stage 2 (year 3 à year 6). Si cet enseignement recouvre un large panel de matières obligatoires7, les enfants sont essentiellement évalués en anglais8, mathématiques et sciences.

À la sortie de l’école primaire, les élèves, alors âgés de 11 ans, poursuivent leur scolarité dans une école secondaire pouvant être une comprehensive school qui dispense un enseignement général standard ou une grammar school (en Angleterre et Irlande du Nord) qui propose une spécialisation dans un domaine particulier et une préparation à l’université, en plus du programme classique, aux élèves les plus compétents… Tous suivent les key stage 3 (de 11 à 14 ans) et key stage 4 (de 14 à 16 ans). Ce parcours accompli, les adolescents doivent se présenter aux examens nationaux du General Certificate of Secondary Education (GCSE) qui sanctionnent la fin de la scolarité obligatoire.

Une approche globale

« Le système éducatif britannique prône une approche globale de l’enfant qui ne se limite pas au seul aspect scolaire. Les liens entre acteurs sociaux, les familles et les services éducatifs sont très forts », explique Sarah Bagshaw, chargée de projet au British Council9. « Chaque journée d’école débute par the assembly, une réunion générale dans le hall de l’établissement. Animé par le directeur, ce regroupement (autrefois à caractère religieux) est propice aux échanges et aux débats sur des sujets du quotidien. Après les cours, qui se terminent souvent à 15h30, les élèves se rendent dans leurs clubs d’activités (sports, théâtre…) pour, en quelque sorte, prolonger leur formation de manière plus ludique », poursuit Sarah Bagshaw.

« En outre, les enseignants demeurent présents dans la vie de leurs élèves bien après la fin de la classe grâce au système de tutorat qui leur confère un rôle de conseiller et de médiateur auprès des enfants et de leur famille au-delà des portes de l’école. Au Royaume-Uni, les professeurs n’appartiennent pas à la fonction publique, ils sont libres de postuler où bon leur semble et ne sont pas soumis aux mutations. Ces conditions favorisent clairement cette stratégie de suivi individuel. Le fait que la carte scolaire soit libre également… ».

Undergraduate et postgraduate

À 16 ans, les Britanniques qui le souhaitent peuvent se préparer aux études supérieures. Pour cela, deux années (lower sixth et upper sixth) sont nécessaires. Cet enseignement, encouragé par le gouvernement, qui débouche sur une gamme d’examens standardisés (les A levels) peut être suivi dans les secondary schools dotées de classes sixth forms ou dans les sixth form colleges10. La qualification obtenue est déterminante pour la poursuite des études supérieures. « Les jeunes qui veulent intégrer une université doivent formuler une demande à un organisme central : Universities and Colleges Admissions Service (UCAS), accompagnée des relevés de notes, d’une lettre de motivation et de recommandation », précise Sarah Bagshaw.

Les universités, quasiment toutes publiques mais qui connaissent une augmentation des frais d’inscription depuis 2004, proposent deux cycles successifs (undergraduate et postgraduate) de une à quatre années d’études chacun. Parmi les formations offertes en undergraduate, on trouve : les higher national certificate (HNC) et diploma (HND), les foundation degrees, les diplomas of higher education, les licences… Les études postgraduate conduisent à divers certificats ou diplômes professionnels, aux différents masters : appliqués, de recherche, master of business administration (MBA) ou encore au doctorat (PhD).


 


Marie-Laure Maisonneuve


 


(1) « Departement for Children, Schools and Families » pour l’Angleterre et le Pays de Galles, « Scottish Government, Education and Training » pour l’Ecosse et « Department of Education in Northern Ireland » pour l’Irlande du Nord
(2) L’enquête PISA 2006 souligne notamment les bons résultats du Royaume-Uni, supérieurs à la moyenne de l’OCDE, en termes d’apprentissage des sciences
(3) Nations d’origine
(4) Étapes clefs, l’équivalent de nos cycles
(5) Qui appliquent les directives nationales en termes de programme pour l’Angleterre et le Pays de Galle (national curriculum) et de procédures d’évaluations
(6) Dont les résultats publiés dans la presse donnent lieu à un classement des écoles qui fait actuellement débat
(7) Anglais (et/ou gallois et/ou irlandais), mathématiques, sciences, dessin et technologie, TICE, histoire, géographie, art et dessin, musique, éducation physique, enseignement religieux (optionnel, mais systématiquement proposé)
(8) Et/ou gallois au Pays de Galles, et/ou irlandais en Irlande du Nord
(9) Agence britannique internationale, chargée des échanges éducatifs et des relations culturelles. 
(10) Les « Secondary schools » accueillent les enfants de 11 à 18 ans, et sont l’équivalent des collèges et lycées en France. De nombreuses secondary schools ont une section Sixth form et offrent ainsi l’éducation indispensable pour accéder aux études supérieures. Toutefois, il est possible (par choix des parents ou lorsque la secondary school ne dispose pas d’une section Sixth form) d’intégrer un Sixth form college, institut d’études offrant un enseignement général pour les élèves âgés de 16 à 18 ans.

Partagez l'article

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.