Dans un communiqué de presse rendu public jeudi 5 juin 2008, la Société des agrégés dénonce « l’ambiguïté des objectifs » de la réforme du lycée annoncée par Nicolas Sarkozy. Elle doute en effet que donner plus de liberté au lycéen, soit « la meilleure façon de le former intellectuellement et de lui garantir la poursuite d’études dans l’enseignement supérieur ». Selon elle, « il conviendrait d’agir prioritairement sur l’insuffisance et la fragilité des connaissances acquises au lycée », sources d’échec pour de nombreux étudiants à l’université.

« La diminution des heures de cours au profit d’autres ‘situations éducatives’ ne semble guère pouvoir remédier à ce manque et risque au contraire de l’aggraver ou de créer de grandes disparités selon les projets d’établissements », précise-t-elle. Aussi, la Société des agrégés « craint que cette réforme, dont les objectifs budgétaires sont manifestes, ne produise encore plus d’inégalités et (…) ne contraigne à secondariser l’enseignement supérieur ».

Source : Société des agrégés (communiqué de presse)